PLAYLIST://10/11/2006

Cloud Nothings, JC Satan, Membrane, God Bows To Math, Plebian Grandstand, The Fall, Sex Church, A Place To Bury Strangers, Stevie Jackson, Britches, Pig Heart Transplant, The Dreams, The Shoppers, Marylin-Rambo, Factory Floor, Ipswich

En raison du succès de  la manifestation intégriste de la semaine dernière, l’ordinateur de Canal B a décidé de ne pas nous enregistrer pour éviter toute polémique  avec nos très nombreux auditeurs catholiques qui résident pour la plupart en Vendée. No Podcast this week sorry!!!!!


1 : Cloud Nothings : no future/ no past « Attack on Memory » Carpark 2011

Deuxième diffusion consécutive pour cet extrait du nouvel album de Cloud Nothings qui devrait sortir en février 2012. Ce morceau réussit à embrasser notre époque, du printemps arabe au mouvement des indignés. Il y a comme ça des titres que l’on qualifie de générationnels : Satisfaction, My Generation, God Save The Queen, Creep, Smell Like Teen Spirits, Neighborhood #2 (Laïka)… Ce titre en fait partie, reflet du ras le bol du moment, de cette décadence latente et de notre implosion sournoise. Sa lente progression et son explosion finale reflète à merveille cette colère contenue depuis trop longtemps. On a tout simplement qu’une envie, c’est de hurler à la mort avec Dylan Baldi « No Future No Past » sur ce riff final entêtant. Steve albini a produit l’album, il semble même y avoir pris goût car sa mise à mort est ici sublime. Si le disque comporte d’autres morceaux de ce niveau, Cloud Nothings a tout pour devenir l’étendard de la génération actuelle et ce ne sera pas une partie de plaisir pour la vie quotidienne de Dylan Baldi.

02 : JC Satan : dear dark J “Hell Death Samba” Slovenly 2011

Ce deuxième album du groupe franco-italien aligne tube sur tubes. Synthèse idéale entre les Feeling of Love, les Cramps et les Movie Star Junkies. Il est très difficile de ne pas résister au charme de ce rock garage ombragé et tendancieux.

03 : Membrane : gruesome tales « split lp w Sofy Major » Basement Apes, Impure Muzik… 2011

Jusqu’à ce disque, j’étais resté assez étranger aux précédents enregistrements des Membrane. Leur noise rock ne me touchait pas alors que des les premières secondes de l’album, j’ai senti qu’il  allait me parler franchement. L’attaque de ce titre m’a sorti de ma torpeur habituelle et j’ai plongé tête baissée dans ce tourbillon sonore. Ces trois inédits sont fabuleux, dévoilant une formation référencée (Cherubs, Racebannon, Zeni Geva) mais non révérencieuse. La rythmique est d’une redoutable efficacité et le lurch s’empare peu à peu de mon vieux corps meurti. La face partagée par Sofy Major m’a par contre laissé de marbre.

04 : God Bows To Math : paper trails “st” Muzai Records 2011

Nous avons à peine eu le temps de savourer et d’encenser le précédent ep de ce groupe Néo-Zélandais qu’ils publient sans coup férir leur premier album. Sonic Youth, Liars et Hammerhead parrainent cet opus mais à l’instar des Scul Hazzard, God Bows To Math possède d’ores et déjà un timbre qui lui est propre et une écriture singulière. J’ai pu craindre un moment que ce disque venait peut-être trop vite après le maxi mais il n’en n’est rien. La plupart des titres sont excellents, dévoilant une formation à même de varier les ambiances et les tempo. Les accalmies succèdent aux orages électriques et je ne saurai trop vous recommander de vous procurer au plus vite cet album éponyme.

05 : Plebian Grandstand : woe is you « split lp : Three Way Split w Bone Dance & Divider » Throatruiner 2011

Un peu comme pour Membrane, je n’accrochais pas trop sur les précédentes sorties de ce groupe toulousain. Leur hardcore noise influencé par Converge, Breach, Deadguy, malgré d’indéniables qualités ne me touchait pas, tout simplement. Le format court de ce split lp m’a sans doute aidé à mieux appréhender leur maelstrom sonore. Le tempo est aussi un peu plus lent, donnant un tout autre relief à ces deux compositions incendiaires. Si j’ai un peu plus du mal avec les titres de Divider, je suis totalement emballé à nouveau par ceux de Bone Face. Au final un superbe disque pour cet excellent label hardcore que je vous invite à mieux découvrir (si ce n’est déjà fait)

06 : The Fall : taking off “Erzats” Cherry Red 2011

Rarement un album de The Fall n’aura aussi bien porté son nom. En effet ce nouvel enregistrement est une ébauche assez grossière de ce qu’a pu sortir Mark E Smith tout au long de sa fabuleuse carrière. Avec un peu de recul, depuis « Fall Heads Roll » en 2005, l’inspiration s’évanouie au fil des ans, rendant ce groupe si atypique, de plus en plus anecdotique. La semaine dernière, The Fall se produisait sur scène à Lorient dans le cadre du festival « les Indisciplinées » et même si ça m’a fait plaisir de voir Mark E Smith sur scène les cinq premières minutes du set, le reste fut indigne et indigeste. Etonnant de le voir assis de temps en temps sur une chaise, contempler, tel le roi Lear, la médiocrité de son groupe actuel, composé de garageux besogneux comme on en croise tous les ans dans les bars de rennes et d’ailleurs.

07 : Sex Church : bleed me « Growing Over » Load 2011

Franchement, nous avions bien apprécié les précédents enregistrements de Sex Church mais nous ne nous attendions pas du tout à un album aussi grandiose. En effet ce groupe américain nous avait habitué à composer de bons morceaux rock’n roll entre Dirty Beaches et Jay Reatard. Et là changement de registre, puisque Sex Church propose désormais un swamp rock de toute beauté. Imaginez les premiers Drones ou le Gun Club interprétés par Spacemen 3 ou les Warlocks et vous aurez une idée précise de la qualité de cet enregistrement. Cet album est d’ores et déjà un classique du swamp avec quelques clins d’œil aux désormais mythiques Clockcleaner. Somptueux, la très grande classe !!!!!!!!!!!!!!! Enfin un bon disque sur Load.

08 : A Place To Bury Strangers : in the shadow “BO du jeu video Batman : Arkham City”  2011

SebHache : « Excellent inédit, que n’auraient pas renié les frères Reid du temps de leur splendeur, publié sur la Bo d’un jeu vidéo. Ce titre les voit revenir vers les accents pop du premier album et vous pouvez le trouver facilement sur le net ».

09 : Stevie Jackson : try me “I can’t no (Stevie Jackson)  Banchory 2011

SebHache : « J’aime beaucoup ce titre même s’il faut bien reconnaitre que le premier album du guitariste des Belle & Sebastian est assez insipide dans son ensemble ».

10 : Britches : blue ruin “Demonstration ep” Autoprod  2011

Premier véritable maxi après une démo et un enregistrement live pour cette formation originaire de Saint-Louis. Britches est pas mal influencé par Test Dept, Cop Shoot Cop, Neptune. On peut même évoquer un parallèle avec le dernier K-Branding. Sonorités industrielles et guitares dissonantes dessinent leur terrain d’expérimentation.

11 : Pig Heart Transplant : weapon “ep” Iron Lung 2011

Quelle fin d’année pour le label Iron Lung, qui non content de sortir les nouveaux Kim Phuc et Slices vient de publier le dernier et excellent single de l’une des formations actuelles les plus intéressantes en matière de musique industrielle. Le format court leur va comme un gant et je craque totalement à l’écoute de ce mélange de Now Wave à la Swans et de Noise façon Killdozer. Exigeant certes, mais passionnant.

12 : The Dreams : meet the evil “split ep w Delacave” Beko 2011

Trois chouettes inédits au programme de cette nouvelle livraison pour le label digital Beko. On y trouve enfin leur reprise de « La Californie » de Julien Clerc. Leur Front wave s’oriente de plus en plus vers le dub, à l’image de ce titre, très proches des Slits. Seul bémol, les lignes de basse ne sont pas encore assez travaillées pour atteindre l’excellence.

13 : The Shoppers : III “Silver Year” Autoprod 2011

Très bonne surprise avec le premier album de ce groupe de Syracuse, compilant leurs tous premiers enregistrements. Musicalement, l’énergie des  Melt Banana se conjugue en mode dissonance, façon Liars, Death From Aboves 1979. Les morceaux vont à cent à l’heure et on n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Très bonne relecture des premières sorties de Three One G.

14 : Marylin-Rambo : hollywood terror « Baleine à nourir  » Et Mon Cul c’est du Tofu  2011

Très bon extrait du deuxième album de ces anciens Parpaings. Du math rock avec une farouche énergie rock’n roll. Un peu comme si Pneu jouait le répertoire des premiers Oxes. La production est excellente et comme pour The Shoppers, on fonce tête baissée dans ce bain de sueur. On se rend vite compte que le groupe a pris beaucoup de plaisir à composer ces nouveaux morceaux et cette candeur envahit tout bonne platine digne de ce nom.

15 : Factory Floor : two different ways “ep” DFA 2011

Que de chemin parcouru pour cette formation anglaise depuis ses premières maquettes en 2006-2007. Terminé les relents Cabaret Voltaire-Big Black, place désormais à une électro flippante et glaçante. Une musique tribale, reposant sur un même beat hypnotique, hétitier du minimalisme des Section 25 et de New Order. Ce nouveau single donne une féroce envie de danser et on pourra vérifier leur capacité à transcender les foules le vendredi 02 décembre aux Transmusicales. J’ai déjà hâte d’y être, même si pour cela il faudra jongler avec les drogues pour être éveillé à 4h du matin…

16 : Ipswich : alien vs sexual predator “Living In a Stranger’s Home” 2011

Ce jeune trio néo-zélandais, originaire de Christchurch a sans doute été bien influencé par les débuts de Die Die Die ou de Scul Hazzards. Ce morceau est terrible et ce nouveau single marque une très nette progression par rapport à leur précédent ep. Il ne leur reste plus qu’à s’affranchir définitivement des écoutes adolescentes de Sonic Youth pour affirmer leur personnalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>