PLAYLIST://14/03/2013

Girls Pissing On Girls Pissing, Shannon Wright, Black Level Embassy, The Rats Are Coming, The Werewolves Are Here, Hawks, Ghostface Killah, Pairs, L’Etrangleuse, Zea & Xavier Charles, Biscuit Mouth, Dreamdecay, The Drones, Mucho Tapioca, The Bug, Alabaster, Thomas Nöla & The Black Hole, Raekwon, Candelilla

01 : Girls Pissing On Girls Pissing : fingers down the throat of love « Eeling » Muzai records/Tenzenmen 2013

Arghhhh, ce disque colle à la peau !!!!!! Deuxième diffusion et deuxième album pour cette formation Néo-Zélandaise originaire d’Auckland. J’adore toujours autant leur nom et leur sens de l’humour mais je dois bien admettre que le groupe a énormément progressé depuis son premier opus. Le quintet ne se contente plus de s’inspirer de  la No Wave des années 80 et de groupes comme Live Skull ou UT. Girls Pissing On Girls Pissing possède désormais sa propre identité sonore, cafardeuse, blafarde et poisseuse. L’ennui, le désenchantement et la langueur irradie des compositions troublantes. Une trompette perdue sonne le glas des grandes espérances pour y apporter un élément essentiel de leur torpeur harmonique.  Ce disque dépressif est très attachant et totalement fascinant. On ne cesse d’y revenir alors que l’on sait que l’écoute va s’avérer difficile, éprouvante même, nous plongeant peu à peu dans une mélancolie dont on ne revient pas indemne. Une œuvre forte dévoilant l’aspect le plus sordide d’une formation isolée au bout du monde.

02 : Shannon Wright : the caustic light « In Film Sound » Vicious Circle 2013

Depuis la sortie en 2004 de son cinquième album « Over The Sun », je me suis peu à peu désintéressé des dernières sorties de la rouquine d’Atlanta. A chaque fois, deux, trois bons titres et un manque d’inspiration flagrant qui transparaissait d’ailleurs sur scène puisque depuis sa signature sur le label bordelais, on a eu l’occasion de la voir en France tous les deux ans. Et puis…..vint la première écoute….. Et la seconde…. Et la suivante, encore et encore…Dès le premier titre, le ton est donné, le disque sera sombre, électrique et romantique. Epaulée par les membres de Shipping News, elle a su retrouvé l’inspiration mélodique et la constance qui lui manquait tant ces dernières années. La saturation irradie ses tourments et Shannon y glisse toute seule au piano, l’une de ses plus touchantes compositions à ce jour, la troublante « Bleed ». Un album vénéneux qui s’immisce peu à peu dans votre quotidien pour ne plus vous lâcher et qui revient sans cesse vous hanter dans la journée. Un très grand disque d’une simplicité formelle car on est dans la tradition indie rock des années 90 mais d’une limpidité mélodique éblouissante.

03 : Black Level Embassy : new veteran « New Veteran » OSCL 201

Encore une très bonne formation australienne originaire de Melbourne. Par contre, il n’est pas question cette fois-ci de swamp rock ou d’indie claire mais bel et bien de noise rock. Ce premier album à ma connaissance puise ses influences dans le Chicago Sound du début des années 90 (Shellac, June Of 44, Big’n) mais le groupe réussit à faire oublier très vite ces références par une belle écriture mélodique et un chant très prenant. J’ai souvent songé à Papier Tigre à l’écoute de ce disque qui adresse également quelques clins d’œil rock’n roll bienvenus aux figures tutélaires du rock austral, Radio Birdman et AC/DC.

04 : The Rats Are Coming, The Werewolves Are Here :great priests meets great beasts  Mexican Graveyard »  Autoprod 2013

La ville de Cleveland, patrie des excentriques Pere Ubu vient mettre au monde une nouvelle formation particulièrement épicée. Leur nom à rallonge provient d’un film de série b mais musicalement cette première maquette crève l’écran dès les premières écoutes. Butthole Surfers, Swans et Oxbow balisent ces six titres enfiévrés et furieusement attachants. Le son est très bon et j’ose espérer que ce disque puisse connaître dans les mois qui viennent une sortie physique. Redoutable découverte et on tient peut-être là un groupe avec lequel il va falloir compter dans les années à venir.

05 : Hawks : smile « ep » Army Of A Bad Luck 2013

Le groupe d’Atlanta n’en finit plus de sortir des nouveaux morceaux puisqu’après avoir distillé deux compositions inédites en compagnie des Buildings sur un split single paru sur Cash Cow Record, voici que déboule deux autres titres et une fois de plus, la qualité est au rendez-vous. Ce titre en particulier est des plus efficaces avec un groove implacable, un riff de guitare entêtant et un chant incandescent. Même le solo à la limite du mauvais goût en fin de morceau n’arrivera pas à gâcher pas notre plaisir. Hawks semble connaître actuellement un excellente période d’inspiration musicale et nous leur disons merci pour tout le plaisir qu’ils nous offrent.

06 : Ghostface Killah : enemies all around me « Twelve Reasons To Die » Soul Temple Records 2013

Lester Brome : « Second extrait du futur album de l’ami Ghostface Killah produit par Adrian Younge qui sortira mi avril. Un morceau sombre qui lorgne vers le dub réhaussé par la présence de William Hart des Delfonics connu pour ses collaborations avec le Wu Tang Clan, d’ailleurs cet album sortira sur le label de RZA et ce n’est sans doute pas un hasard. Un tube de plus et on a hâte d’écouter l’album dans son intégralité ».

07 : Pairs : part songs « If This Cockroach doesn’t Die, I Will » Metal Postcard 2013

Lester Brome : « Nous avions déjà diffusé ce duo guitare/batterie de Shangaï. Punk noise joué avec l’énergie du désespoir, l’album date de 2012 mais sort en version double vinyle grâce au label Metal Postcard Records. Ca gueule, ça crie et ça va vite, idéal pour un réveil en fanfare ! ».

08 : L’Etrangleuse : all the things « st » Autoprod 2012

Un extrait du premier et très réussi album de ce duo atypique guitare/harpe pour illustrer leur venue à Rennes dans le cadre de la seconde édition du festival MUSIQU’ALMBIC . Ils étaient accompagnés sur scène à cette occasion par GW. Sok (Cannibales et Vahinés, The EX..). Frissons garantis..La preuve en image.

09 : Zea & Xavier Charles : it’s quiet « Bourgeois Blues ep » Makkum Records 2012

Un instant d’éternité tout simplement !!!!! Superbe collaboration entre l’actuel chanteur de The Ex et le clarinettiste français. Leur reprise de Leadbelly qui a donné son nom à cet ep est des plus réussie mais que dire de ce morceau, une merveille de mélancolie épurée totalement bouleversante. Sur ce titre, le timbre d’Arnold De Boer se rapproche de celui de Suggs, le chanteur de Madness, (un groupe responsable de morceaux pop absolument incroyables, bien loin de l’image One Step Beyond qui leur colle toujours à la peau en France). Un disque à posséder de toute urgence !!!!!!!

10 : Biscuit Mouth : creeping thing « Captain Gregs, Wrapped In Legs » Autoprod 2013

Alors là attention !!! Deuxième diffusion de la révélation de la semaine dernière avec le premier album de ce duo anglais (guitare-batterie) originaire de Derby. Tandis que la majorité de ce genre de formation œuvre dans le math rock, Biscuit Mouth a décidé de confronter le noise rock au blues. Mc Lusky, Nation Of Ulysses, Shellac et les Black Keys viennent à l’esprit à l’écoute de ces huit titres enfiévrés. Le chant est hallucinant et totalement captivant. Les morceaux collent à la peau, moites, et ne vous lâchent plus une seule seconde. Le potentiel du groupe est immense car il possède déjà une tonalité qui lui est propre et qui peut même donner des idées à de nombreuses formations. Excellentissime et on espère découvrir rapidement sur scène les deux responsables de cet instant rock’n roll.

11 : Dreamdecay : ceilinvg « NVNVNV » Iron Lung 2013

Après un premier mini album plus que prometteur, voici enfin le premier et très attendu album de cette formation de Seattle. Leur précédent enregistrement balayait un spectre sonore qui allait de Birthday Party aux Swans sans oublier Can ou This Heat. Ce disque exploite la même filiation, naviguant entre Swamp, Noise Rock et No Wave. Des arpèges dissonants résonnent au loin avant d’entrer en collision avec les restes d’une musique industrielle balayée par un beat rock’n roll. L’album est dense, étouffant parfois et très vicié. Les morceaux se désagrègent avant d’exploser dans une fin de cycle éprouvante. Ce disque redoutable souffre peut-être d’un manque relatif de gimmicks entêtants pour s’accrocher aux restes de cette ode à la décomposition. Ce titre qui oscille entre Neptune et Cop Shoot Cop offre au groupe un peu d’air frais. Je suis très curieux de voir comment va évoluer à l’avenir la musique de Dreamdecay.

12 : The Drones : Laika « I See Seaweed » ATP 2013

Cette année, le groupe australien s’est vu  confier l’organisation du festival All Tomorow’s Parties à Melbourne au mois de février. Père Ubu, Neubauten ou les Swans sont venus leur rendre hommage et ils en profité pour mettre en relief la sortie de leur cinquième album à ce jour. Après la déception du précédent opus « Havila », une certaine appréhension avait vu le jour mais dès le premier titre (celui diffusé ce soir), les doutes se sont envolés. Le son est grandiose et cette chanson amorce le ton de l’album, fortement mélancolique et électrique. Les Drones ont retrouvé l’inspiration mélodique et la manière de faire rugir une ballade mid tempo. L’art du faux semblant. La voix de Gareth Liddiard est de nouveau déchirante et le groupe est tout simplement de touché par la grâce. Ils ont même réussi à de nouveau écrire des titres nerveux à l’image du titre « A Moat You Can Stand In ». De somptueux arrangement de piano bouleversent leur confort habituel pour mieux nous terrasser. Un classique intemporel vient de naître sous nos yeux ébahis. Le ton est classique certes, mais personne n’arrive mieux que les Drones à réinventer les dialogues musicaux de Jeffrey Lee Pierce ou de Nick Cave pour devenir tout aussi influents qu’eux au final. Immense !!!!!!!!!!!

13 : Mucho Tapioca : parano yack « demo » Autoprod 2013

Lester Brome : « Derrière ce nom ne se cache pas un fan hardcore de Marcel Amont mais bel et bien des toulousains fans d’expérimentations sonores, de noise et de jazz. Pour le moment deux titres sont disponibles sur bandcamp. Ce titre complètement barré et entêtant nous donne envie d’en écouter plus, un sombrero entre les doigts de pieds et un éventail sur la tête ».

14: The Bug : kill them (feat Daddy Freddy) « Filthy » Ninja Tune 2013

Retour sur le dancefloor pour Kevin Martin (God, Techno Animal..) avec la sortie du nouveau maxi de The Bug, son projet le plus dancehall à ce jour. Le son est dense, poisseux et très impressionnant. A noter aussi la présence de l’excellent rappeur Flowdan. Difficile de résister à un tel groove. Un excellent « Instant Supercopter » pour bouger son booty fruity…Un nouvel album est attendu cette année.

15: Alabaster : the state made me do it « st » Musicfearsatan 2013

Une autre forme de groove avec cet extrait du premier maxi de cette formation lyonnaise. Le dancefloor est ici entaché par le hardcore noise des années 90. Les affiches de Deadguy, Eyehategod et  Coalesce tapissent les abords de la piste et ce quintet formé par des anciens membres de Kiruna, Geneva et Overmars affiche ostensiblement et volontairement de telles influences. Cette de volonté de jouer sans se prendre la tête tout en se faisant plaisir transparait dans ce disque très attachant. Certes, le son manque encore un peu d’ampleur et tous les titres ne sont pas du  niveau de celui diffusé ce soir avec sa rythmique lurchante mais ce groupe provoque chez moi de l’empathie par un sens du riff au-dessus de la moyenne.

16 : Thomas Nöla & The Black Hole : spiderwatching « VA/Against Nature Volume 1 » Wooden Lung 2013

Excellent titre cauchemardesque entre électro lounge et le rock fifties us des années 50. Les musiques des films de David Lynch viennent tout de suite à l’esprit et le morceau s’entête à accompagner vos divagations les plus secrètes. Le reste de cette compilation est assez anecdotique mais je vous encourage à découvrir les autres sorties de ce musicien de Seattle très prometteur.

17 : Raekwon : prince of thieves « Lost Jewlry » Ice H2O 2013

Excellente nouvelle mixtape de cet ancien membre du Wu Tang. Hip hop sombre, dissonant mais qui n’a pas oublié non plus un certain sens du groove. La K7 est variée, Scram Jones et Buckwild à la production, plaisir garanti !!!

18 : Candelilla : 28 « Heart Mutter » Zick Zack/Indigo 2013

Quel titre!! Un pur tube qui oscille entre un riff implacable à la Moller Plesset, Choochooshoeshoot et l’impact mélodique d’Elastica ou de Wire. Le nouvel album de cette formation allemande éprouve quelques difficultés à rester au niveau de cet incroyable morceau. La barre était il est vrai quasi infranchissable. Le reste du disque revisite avec un brin de nostalgie l’indie rock des années 90 avec une certaine malice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>