PLAYLIST://19/06/2014

Blackfungus, Thin Privilege, Magneto, Cheyenne 40, King Dude, Hollow Sunshine, Verbal Kent, King Ayisoba , Wet Drag, Hag Face, Shovels, Sinking Suns, White Void, Nnevteiga, Beige Eagle Boys, The Austerity Program, Cowards, Pord, Mere Women, Human Abfall, Carsick Cars, Freak Heat Waves

blackfungus

01 : Blackfungus : the way you are « démos » Autoprod 2014

Première maquette prometteuse pour cette jeune formation qui donne sa propre relecture d’une certaine forme d’indie rock marquée par les années 90. K Records, Pavement, The Fall mais aussi Unwound ont sans doute beaucoup compté dans la genèse du groupe. Ces premiers quatre titres sont assez accrocheurs et leur son qui n’est pas encore totalement affirmé confère à cet enregistrement une candeur et une fraîcheur tout simplement irrésistible.

Thin privilege

02 : Thin Privilege : red cloak « St » Struggletown/Blake lake/Bloc Music 2014

Premier album pour le trio de Glasgow qu’on vous avait chaudement recommandé en ce début d’année via un premier extrait disponible sur leur bandcamp. Les autres morceaux sont tout aussi recommandables, alternant entre un noise rock-post punk à la Ed Schrader, Future Of The Left et la folie des premiers Lightning Bolt. Le disque défile à toute vitesse et il n’est peut-être pas évident à la première écoute d’apprécier toutes les nuances de cette formation folle emmenée par deux basses et une batterie. En fin d’album, ils ont décidé d’allonger la durée des morceaux, les larsens livrant une dernière joute sonore avant le repos éternel. Les Stretchheads(mythique formation écossaise du début des années 90) peuvent dormir tranquille désormais, la relève est bien là.

Magneto

03 : Magneto : game « Master Science Of Attraction » Some Produkt/A Tant Rêver Du Roi/Bruisson/Permafrost/Day Off/No Glory Records 2014

Ce n’est jamais facile d’écrire et encore moins sur un groupe dont vous connaissez assez bien un des membres. Magnetoest un trio hexagonal du Sud Ouest qui avait déjà sorti un premier maxi assez prometteur en 2012. Après avoir partagé de nombreuses fois la scène avec le groupe finlandais « Fun », ils se sont pris en main pour enregistrer ce premier album à Helsinki. La multiplication des concerts, des répétitions et des diverses réactions suite à l’enregistrement précédent a eu une portée considérable car la différence entre les deux disques est tout simplement saisissante. Le son est dantesque et les compositions sont impressionnantes. Point faible du maxi, le chant a gagné en assurance et est carrément devenu un des points forts du groupe. Noise rock, indie et post punk se télescopent avec une insouciance très communicative. Future Of The Left, Fugazi, Enablers, June Of 44, Papier Tigre sont à l’abri du soleil désormais et il est plus que temps que Magneto profite durablement d’un coin de ciel bleu et d’un nouvel éclairage. La durée du disqueest quasi parfaite, atteignant à peine les 30 minutes. Pas le temps de s’ennuyer, et les chansons se retiennent à merveille. Magneto, l’histoire d’une transfiguration…A noter l’excellent travail de mastering de notre ami Jérôme du studio Vetter.

Cheyenne 40

04 : Cheyenne 40 : rayguns « Cinquante » Tandori/Mon Cul/Love Mazout/Onk Onk 2014

Excellente surprise avec le premier véritable album (le précédent datant de 1988 mais on peut avoir des doutes légitimes quant à donnée temporelle) de cette formation Lilloise. Point de Front Wave ou de Noise Rock à tendance Post Punk mais une musique libre, déjantée et totalement hallucinée. Je peux bien évidemment vous citer comme point de repère les Butthole Sufers, Headwar, Skoal Kodiak, Chrome, Arab On Radar mais le trio possède sa propre sensibilité. Le chant assez cintré donne le là à cette véritable danse de sioux (oups, pardon de Cheyenne..). Une rythmique hypnotique et shamanique cadence des stridences cathartiques. On se perd souvent à l’écoute des ces prières d’un monde antérieur mais à chaque fois, le trio réussit à donner une cohérence harmonique à ces échappées folles. Un disque totalement envoutant de bout en bout. Pour l’instant, le groupe ne donnera pas de concerts et est obligé de suspendre ses activités pendant un certain lapse de temps. Avec un tel album, ce serait tellement dommage de s’arrêter là…

King Dude Fear

05 : King Dude : lay down in bedlam « Fear » Burning Daylight 2014

SebHache : « je l’aime bien mon King Dude, j’aime bien ton côté sosie gothique manqué de Johnny Cash mais bon parfois, il faut s’arrêter pour souffler un peu. T’es trop prolifique mon King et ton nouveau disque, il ne tient pas la longueur. Heureusement comme d’habitude, tu arrives à signer quelques bonnes chansons mais je te conseille vivement de faire une pause dans tes nombreuses sorties discographiques ».

Hollow Sunshine

06 : Hollow Sunshine : cold truth « ep » Nostalgium Directive 2014

SebHache : « Le groupe vient de quitter Robotic Empire pour son nouveau single. Un son très proche de la lourdeur des True Widow mais avec des influences shoegaze plus prononcées ».

VerbalKent.Cover.304

07 : Verbal Kent : body the beat (feat DJ Eclipse) « Sound Of the Weapon » Mello Music Group 2014

Membre à part entière des fabuleux Ugly Heroes en cie d’Apollo Brown et de Red Pill. Verbal Kent vient de publier un album assez incroyable. Mélange de hip hop soul et de choses plus anciennes allant de Rakim aux X-Ecutioners. Les titres s’enchaînent, les tempo varient, tout comme les ambiances mais une mélancolie tenace insiste. La qualité d’écriture sonore est vraiment impressionnante. Très très bon disque !!!

Kink Ayisoba

08 : King Ayisoba : akolbire (feat Zea)« Wicked Leaders » Makkum Records 2014

King Ayisoba est un chanteur ghanéen au timbre éraillé qu’Arnold De Boer (chanteur de The Ex et de Zea) a décidé de soutenir via son propre label. Il  avait déjà sorti l’année dernière une compilation d’extraits des deux premiers opus du King Ayisoba. Il a collaboré sur certains titres de ce troisième album, à l’image de ce merveilleux morceau ou la réunion des deux chants provoque une émotion immense. Le chant si particulier du King résonne au-delà de la guitare de Zea. Le reste du disque propose une musique plus traditionnelle mais grâce à la qualité des voix et de l’orchestration, le résultat est vraiment captivant. Superbe !!

Wet Drag

09 : Wet Drag : extended vacation « Silhouette Yeah ep » Smart Brains 2014

Qu’est-ce que je peux apprécier de genre de sonorités !!! Deuxième eppour ce trio californien basé à Oakland. Tout comme sur leur précédent ep, Wet Drag propose un post punk minimaliste, lo fi sur les bords qui n’est pas sans rappeler les premiers enregistrements de Wire, Raincoats, Slits ou plus récemment, ceux de Grass Widow. Les titres se fredonnent à outrance et la fragilité du son apporte une candeur des plus touchantes.

Hag Face

10 : Hag Face : worst nightmare « Raf Face » Autoprod 2014

Un titre qui porte parfaitement son nom. Furia noise rock ave des réminiscences « Riot Girls » à la Dickless, Babes In Toyland. Cette formation canadienne de Calgary d’obédience punk hardcore va droit au but. Des compositions narquoises et une rage de jouer communicative. Cette deuxième K7fait preuve en tout cas d’une belle pugnacité et certaines harmonies se fredonnent à l’unisson. La technique est un peu approximative mais c’est aussi ce qui fait tout le charme de cet enregistrement.

Shovels

11 : Shovels : multiple furrow « Shovels » Homeless Records 2014

Excellent initiative pour le label australien de proposer une sortie vinyle pour le premier enregistrement de cette formation de Melbourne sortie l’année dernière en format K7 uniquement. Huit très bons titres de post punk fiévreux et de noise rock à tendance Chicago. La production manque un peu d’ampleur mais la qualité des compositions est vraiment saisissante. On peut y entendre du Tar, du The Fall mais aussi The Stickmen, un groupe australien séparé qui connait aujourd’hui un regain d’intérêt. Le chant est très bon, portant des titres qui aiment les fêlures et les accords brisés. Le trio est vraiment fort pour créer des ambiances fiévreuses, retardant au plus tard l’arrivée de l’électricité et de la dissonance. A découvrir au plus vite !!

Sinking Suns

12 : Sinking Suns : drown in black « Bad Luck Tragedy & Revenge » Autoprod 2014

En attendant la sortie imminente d’un maxi en vinyle, cette formation du Wisconsin, auteur d’un brilliant premier ep a décidé de publier sur un cd l’intégralité de ce qu’il a enregistré depuis ses débuts en 2011. J’ai bien peur que Sinking Suns a décidé de mettre un terme à ses activités et ce que ce disque constitue son testament sonore. On retrouve dans les titres inédits à ce jour tout ce qui fait le charme de ce groupe si attachant. Un noise rock marqué au fer rouge par les années 90, Cherubs, Unsane mais qui ne verse pas dans la nostalgie. A l’instar de Hawks, le trio a su trouver revisiter à sa manière ce courant musical. Les morceaux du maxi à venir sont vraiment très bons avec des refrains terriblement accrocheurs. Si les Sinking Suns décident bien d’en rester là, je n’ai qu’une chose à rajouter : merci pour tout les gars !!!

white void

13 : White Void : altar « ep » Posh Isolation 2014

SebHache : « Repéré par au détour d’une K7 publiée en 2012 par le label danois, voici le premier extrait du nouveau maxi du projet de Frederik Lind Köppen (membre des Communions dont je vous ai parlé la semaine dernière). On est plus dans un registre cold wave et shoagaze que strictement post punk. Pour les amateurs de rêveries synthétiques ».

Nnveteiga

14 : Nnevteiga : institute « State Of The Art Entertainment » Tendresse/L’Entorse 2014

Quelques mois après avoir déjà sorti un disque très intéressant, voici la nouvelle K7 de cette formation bruxelloise. Nnevteiga apprécie la No Wave, le Post Punk et les ambiances industrielles. Dans les années 80, le groupe aurait pu légitimement prétendre à signer sur Zé Record. Une piste de danse délabrée sur laquelle des ombres fatiguées cherchent à trouver leur dernier souffle. La claustrophobie fait partie intégrante de ce jeu de masques. New Order, Neptune, Cop Shoot Cop, Kas Product où The Dreams se disputent le parrainage dans les backstage. Probablement leur disque le plus abouti à ce jour et une des belles sorties Front Wave de ce début d’année.15 : Beige Eagle Boys : I saw your face on the pavement «  You’re Gonna Get Yours  » Reptilian 2014

beige eagle

15 : Beige Eagle Boys : I saw your face on the pavement «  You’re Gonna Get Yours  » Reptilian 2014

Le premier album de ce trio de Détroit était fort attendu tant les deux titres avant-coureurs avaient donné envie d’en entendre plus. Pas de surprise avec le disque. Beige Eagle Boys dévoile un noise rock branleur et hautement rock’n roll. Unsane, Pissed Jeans, Cherubs, Pachinko viennent à l’esprit à l’écoute de ces dix titres enflammés. Des morceaux directs et brut de décoffrage chantés soit sur un mode neurosien ou plus traditionnellement noise. Tout n’est pas encore parfait, certains titres sonnant un peu trop facile mais Beige Eagle Boys prend un plaisir jubilatoire à jouer son noise rock débridé et ça s’entend. Très belle première carte de visite.

The Austerity program

16 : The Austerity Program : song 32 « Beyon Calculation » Controlled Burn Rcrds 2014

Mais quell titre !!!!!Retour fracassant et plus que gagnant avec le nouvel album du duo New Yorkais formé au début des années 2000 par Justin Foley (guitare-chant) et Thad Calabrese (basse). Suite à la fin d’Hydrahead et après avoir publié un album et quelques ep, le groupe s’est retrouvé sans label. Ils en ont profité pour peaufiner tranquillement l’écriture de nouvelles compositions et prendre le temps de monter leur propre label. The Austerity Program jouissait d’une petite renomée critique du temps des années Hydrahead mais il est toujours resté dans l’ombre médiatique de Botch, Converge ou Isis. A l’époque, je lisais souvent à leur propos : « Big Black de seconde division », « Unsane à boîte à rythmes », « Godflesh sans haine », « Sous Distorted Pony ». Si tous les groupes cités ont sans doute contribué à la genèse de leur son, nous soulignions alors qu’Austerity Program n’avait pas à rougir de ces références et que leur qualité d’écriture leur permettait de regarder droit devant, sans baisser les yeux. Cette relativement absence et leur réapparition presque surprise a renforcé cette conviction. Oui The Austerity Programest bien un groupe référence en matière de noise rock. Leur formule n’a pas évoluée : boîte à rythmes, basse plombante et guitare écorchée. Mais une nouvelle fois, la qualité de leurs compositions fait toute la différence. Le son est dantesque et ces nouveaux titres sont sans doute ce qu’ils ont de mieux écrit à ce jour. Les harmonies sont un arrache cœur et la rage incandescente de l’orchestration donne plus d’une fois l’envie de tout envoyer balader. Les réactions enflammées sur la toile suite à la mise en ligne de deux nouveaux titres semblent indiquer qu’un plus large public est prêt à les accueillir en 2014. C’est tout le mal que nous leur souhaitons. C’est presque jubilatoire de vous faire partager notre plaisir d’écoute car soyez-en certains, ce disque va compter dans les années à venir. Oui « Beyond Calculator » est un putain de classique !!! Passez le mot.

Cowards

17 : Cowards : Let’s Talk About Our Feelings « World Champions In Male Chastity » Autoprod 2014

Deuxième diffusion impérative tant ce disque doit tomber entre vos oreilles. Somptueuse déflagration en matière de swamp rock avec le premier album de cette formation canadienne. Il est assez évident d’établir une comparaison avec leurs compatriotes de Sex Church. Ce premier opus ne réinvente pas le genre mais Cowards a suffisamment de talent pour le revisiter à sa manière. Clockcleaner, Birthday Party, Lovelife, Bellmer Dolls sont tapis dans l’ombre, regardant avec bienveillance ces compositions incendiaires. Le disque est fiévreux, le groupe étant capable à tout moment de virer dans le rouge. La production, un brin caverneuse sied à merveille à ces histoires sordides et indociles. Le chant est habité et la qualité d’écriture vraiment impressionnante pour un premier essai. Lorsque l’Acadie rêve d’Australie, elle enfante des formations rageuses et passionnantes, Cowards signant avec cet album l’un des disques les plus fascinants du moment.

Pord

18 : Pord : bave « It’s Always Sunny Here » Plein de Choses/Nothing To The Table 2014

J’ai vraiment du mal à les croire nos amis Lozériens. Alors après avoir publié un excellent album en 2011, « Valparaiso », le groupe nous revient avec un nouveau maxi, trois titres dont une reprise des mythiques Dazzling Killmen. Les deux inédits datent des tous débuts du groupe (2007) et Pord assure qu’à cette époque, ils n’avaient encore jamais écouté une seule note du quatuor de Minneapolis. Difficile de les croire mais bon admettons. En tout cas l’écoute passionnée de Dazzling a sans doute influencé leur orchestration entre la création des titres et leur enregistrement. La reprise est fidèle à l’originale mais les deux inédits sont de très haute tenue, me rappelant les fabuleux White Tornado. Le dernier titre est impressionnant, onze minutes de plongée haletante dans une noise viciée et hallucinée. Alors ok, Deity Guns était influencé par les Sonic Youth, et alors. Désormais ils sont devenus une référence en la matière. Pord est marqué par Dazzling Killmen et où est le problème ?? Il n’y en a pas car Pord fait partie des très rares formations qui arrivent à sublimer une influence marquante.

Mere Women

19 : Mere Women : our street « Your Town » Poison City Records 2014

Mere Women est un trio de Sydney qui a déjà sorti un album post punk indie prometteur en 2012 « Old Life ». Ce morceau annonce le tout nouvel opus et Mere Women tient là un tube indie comme on en écoute trop peu souvent actuellement. Le chant assez haut d’Amy Wilson peut évoquer Siouxie ou Bjork selon ses intonations mais l’orchestration de la chanson renvoie surtout à la fragilité et à la singularité des Sugarcubes. La mélodie est irrésistible, à la fois proche et pourtant insaisissable. Le charme est total et cette composition fait partie selon moi des titres marquants de cette année. Vivement l’écoute de l’album.

Human Abfall

20 : Human Abfall : alberta al dente « Split ep w Das Ende » ChuChu Records 2014

Après un précédent album un poil brouillon qui oscillait entre noise rock, post punk et surf, retour du groupe de Stuttgart avec un split ep plus convainquant dans le son comme dans l’écriture des morceaux. Human Abfall a trop souvent tendance à saborder volontairement de très bonnes accroches mélodiques. Groupe espiègle et débonnaire par excellence, il a cette fois-ci resserré un tant soit peu son écriture et ça lui va particulièrement bien.

Carsick cars

21 : Carsick Cars : 15 minutes older « 3 » Tenzenmen 2014

Troisième album pour cette formation chinoise qui a débuté en 2005 et qui s’était fait remarqué par Sonic Youth lors de son passage à Pékin. Carsick Cars depuis ses débuts chante en anglais et en chinois et a beaucoup influencé par sa démarche la bouillonnante scène indie asiatique que le label australien Tenzenmen met régulièrement en valeur. Sur ce disque, le groupe emmené par son chanteur, Zhang Shouwang, seul membre originel, a renoué avec l’indie rock de ses débuts, à mi chemin entre la scène anglaise et les influences néo zélandaises. C’est peut-être ce retour aux sources qui a perturbé les premières écoutes du disque. J’attendais sans doute inconsciemment autre chose et je n’arrivais pas à entendre ce que le groupe jouait sous mes yeux, à savoir un indie rock limpide clair et sautillant,. Et puis en réécoutant cet enregistrement, j’ai enfin pu savourer pleinement ces neuf nouvelles chansons influencées tout autant par la candeur des Bats que par l’énergie des Wedding Present. Ce titre est un véritable trésor d’indie rock.

Freak Heat Waves

22 : Freak Heat Waves : void air lashing « ep » Mother Images Records 2014

Deuxième single très prometteur pour cette formation australienne originaire de Victoria. Ces deux titres naviguent entre des ambiances post punk à la Pere Ubu, Talking Heads, The Fall et les contemplations éthérées d’Enablers. Il se dégage un charme indéniable et embrumé de ce single. Un rêve endormi que ne saurait interrompre cette chronique. Une formation à suivre de très près en tout cas.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>