PLAYLIST://21/01/2010

Podcast

Xiu Xiu, Esplendor Geometrico, viagra professional Thee Silver MT Zion Memorial Orchestra, Microfilm, Vergogne, 1994, AFCGT, The Vagina Boys, The Soft Pack, Le Sang Song, Grooms, Liars, Zëro, Gods Gift, Dance For Burgess, Gestapo Khazi, The Feeling of Love, Hot Chip :


01: Xiu Xiu : the fabrizio palumbo retaliation « Dear God I hate myself » KRS 09

On peut vraiment évoquer le terme de génie à l’égard de Jamie Stewart et de son Xiu Xiu. Huitième album et toujours pas d’écart. Sa musique évolue mais le talent reste intact. A chaque nouveau disque de Xiu Xiu, on se plait à dire que celui-ci est le meilleur et ce dernier album ne fait pas exception à la règle. Entre New wave, musique concrète et folk aride, Xiu Xiu tisse sa toile et dévoile des paysages inconnus aux rivières argentées. Magnifique !!!!!!!!!!!!!!!!!!

02 : Esplendor Geometrico : ensiladora JF 50 « Pulsion » Geometriko Records 09

Un jour l’histoire des musiques rendra grâce à Arturo  Lanz et Saverion Evangelistas. Ce duo hispanique plus connu sous le nom d’Esplendor Geometrico est depuis 1982 une référence absolue en matière d’électro mécanique ; inspirant tout autant l’EBM, que la musique industrielle ou techno. Pillé, samplé volé et plus ou moins ignoré pour l’instant par les œuvres rendant hommage aux pionniers des musiques électroniques, Esplendor continue de livrer des œuvres minimales entêtantes et envoutantes. Ce nouvel album ressemble à du Esplendor Geometrico mais comme à chaque fois, le charme des ces rythmiques syncopées et répétitives opère au bout- de quelques écoute même si le meilleur de groupe est derrière lui.

03 : Thee Silver MT Zion Memorial Orchestra : i build myself on a metal bird « Kollaps tradixionales » Constellation 09

Je préférais de loin la collaboration du Silver avec le défunt Vic Chesnutt que ses récentes productions. Ce nouvel opus ne fait pas exception à la règle. Le tout est parfaitement agencé, voix plaintives, effluves à la Pink Floyd, montées sous Godspeed mais tout ceci à déjà été mis en forme lors de leurs précédents enregistrements d’où une certaine forme de  lassitude à l’écoute du disque.

04 : Microfilm : combinaison « The Bay of Future Passed » Head Records 09

Tout l’inverse du dernier Microfilm qui pourtant n’a pas vraiment fait évoluer ses préceptes de départ, à savoir diffuser des dialogues de film tout en proposant un post rock sous influence émo. La qualité de ce troisième album réside dans leur capacité à émouvoir l’auditeur et à l’emmener dans son univers grâce à une candeur mélodique du plus bel effet. Pas de frime, ni de pose mais un réel plaisir de jouer du Microfilm et cette plénitude orchestrale se traduit par un véritable bonheur d’écoute.

05 : Vergogne : 6 pieds « Sans » Theâtre Records, Desormais 09

Une formation math rock  poitevine qui sort son premier album sur le label de Gregoulala, rien d’étonnant. Ce qui l’est plus par contre, c’est le faible niveau affiché par Vergogne en la matière. La musique est très scolaire et manque singulièrement d’envergure. J’ai plus l’impression d’écouter la maquette d’un groupe en gestation que le résultat sonore d’une formation prête à en découdre.

06 : 1994 : get off our weed you pussies « Thank you arms & fingers » Inkblot 2008

On  ne saurait trop recommander aux Vergogne de s’inspirer de l’esprit qui anime 1994, duo américain révélé par Perte et Fracas. Ce groupe propose en effet un savoureux télescopage de math rock à la Hella avec des séquences furieusement rock’n roll. L’ombre d’Oxes n’est jamais loin mais 1994 possède suffisamment de personnalité pour suivre son propre itinéraire.

07 : AFCGT : black mark « st » Sub Pop 2010

Non AFCGT n’est pas le sigle d’un nouveau syndicat mais le patronyme derrière lequel se dissimules d’anciens A Frames et Climax Golden Twins. Ce groupe avait déjà sorti quelques disques assez dispensables d’ailleurs (mini lp pénible et singles ennuyeux). Empêtrés dans un magma sonore des plus anodins, AFCGT a su se faire violence pour accoucher d’un morceau digne d’intérêt. On perçoit même des relents de Cherubs à l’écoute de cette déflagration noise un peu psyché sous les bords. Le reste de l’album est totalement insupportable, dommage.

08 : The Vagina Boys : traitor « ep » Proud to be idiot 09

Un single de rock’n roll garage noise qui ne se prends pas au sérieux, tout comme le groupe dont le nom indique légèrement la couleur musicale de l’ensemble.

09 :  The Soft Pack : c’mon “st” Kemado 2010

Après un dernier single ravageur que l’on retrouve d’ailleurs sur ce deuxième album, les anciens Muslims délivrent au monde une collection de pépites rock’n roll comme on en écoute pas si souvent que ça. En effet ce deuxième disque a tout du classique en devenir, faisant le lien entre Modern Lovers, Hot Snakes et The Strokes. Les mélodies sont imparables et la production reste au service de ces refrains au cordeau. On n’a pas fini d’entendre parler de ce groupe en 2010.

10 : Le Sang Song : gingerella « st » Dragnet 09

Très bonne surprise que ce one man band en provenance d’Houston. Joy Division, Death in June se marient en rase campagne avec Will Oldam sous un ciel pluvieux. Un univers singulier et passionnant qui dévoile une américana sous influence post punk. Très bonne surprise.

11  Grooms : Acid king of hell « Rejoicer » Death by Audio 09

Très bonne surprise que Grooms, une formation de Brooklyn qui s’amuse de la dissonance comme Deerhoof à leurs débuts. Probablement l’un des meilleurs disques arrivés sur nos ondes ces derniers mois. Pour tous les déçus  des derniers enregistrements de Polvo, Blonde Redhead et Sonic Youth réunis. Véritable bain de jouvence en matière d’indie rock noisy.

12 : Liars : goodnight everything « Sisterwrold » Mute 2010

Le premier grand album de cette nouvelle année. Il ne sortira qu’en mars mais le groupe New Yorkais frappe très très fort avec ce dernier enregistrement. Il réussit à compiler l’énergie de son premier album avec le meilleur de ses explorations sonores de ces quatre dernières saisons. A l’instar des Health, Liars réinvente la No Wave et irradie de ce fait le spectre rock’n roll dans son ensemble. La production est dense, les morceaux passionnants.  Dantesque à l’image de ce titre, splendide hommage aux Cop Shoot Cop.

13 : Zëro : enough never enough « Diesel Dead Machine » Ici d’Ailleurs 09

Si le premier disque de Zëro, formation Lyonnaise issue des cendres de Bastärd ou autre Deity Guns, ne m’avait qu’à moitié convaincu, il en va tout autrement de ce deuxième album. Le groupe a gagné en densité en en richesse musicale. A la frontière du post rock, du krautrock et de la Now Wave, Zëro a trouvé son identité sonore, dévoilant une palette musicale riche en émotions. Le disque tourne en boucle sur ma platine et je ne saurai trop vous recommander de vous le procurer d’urgence, même si l’on retrouve 4 des 5 titres du maxi sorti précédemment. Les nouvelles compositions sont purement diaboliques à l’image de ce « enough never enough », odysée sonique du plus bel effet.

14 : Gods Gift : anaesthetic «  Pathology » Hyper to Death 09

Une réédition des divers enregistrements d’un groupe de Manchester qui sévissait entre 1979 et 1984.  C’est la première fois que je découvre cette formation assez marquée par les débuts de The Fall. Pas essentiel mais caractéristique d’une époque ou tout était permis artistiquement. Ce morceau révèle en tout cas le canevas qu’utilisera par la suite Pavement pour parvenir à ses fins.

15 : Dance For Burgess : coktail flu « marinetti ep » Autoprod 09

Ce groupe Italien de Front Wave s’avère de plus en plus passionnant au fur et à mesure des ses productions. A l’instar des anglais de DDD, ils durcissent le propos à chaque nouveau morceau. This Heat joue sur du Wire. A suivre de très près.

16 : Gestapo Khazi : come on come all « st » Autoprod 09

Véritable petite bombe de pop rock post punk dénichée par Lester Brome. On se laisse séduire par ces Soft Pack en version surf. Le son de ce mini album reste assez aléatoire tout en dévoilant une réelle qualité d’écriture, à mi chemin des Modern Lovers et de Downtown Cuckoo.

17 : The Feeling of Love : the way to suck « ep » HBSP 2X 09

Les derniers enregistrements du Feeling of Love laissaient entendre une forte filiation avec les Old Time Relijun. Ce nouveau single révèle au monde incrédule une créature hybride qui sifflerait du Pussy Galore par inhalations de Chrome Cranks.   Nettement plus noisy et sournois, ce morceau fait d’ores et déjà partie des meilleurs titres swamp de l’année écoulée et nous fait salement patienter avant l’arrivée de son nouvel album.

18 : Hot Chip : hand me down your love « One Life Stand” EMI 2010

Malgré leurs disques solos respectifs, Alexis Taylor et Joe Goddard ont trouvé le temps et l’énergie de mettre en boîte le nouvel album d’Hot Chip. Ce dernier cite de nombreuses fois les Pet Shop Boys et il faut bien avouer que l’on se laisse facilement avoir par cette pop soul mélancolique matinée d’électronica. Plus lumineux et plus Northern Soul que ses prédécesseurs, ce « One Life Stand » se consume délicatement sur votre platine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>