PLAYLIST://24/05/2012

Les Suce-Pendus, Buck Gooter, Sister Slacks, Exposé, Cannibales et Vahinés, Obits, Black God, Brak, Fun, Rodha, Suis La Lune, Tendril, Vulture Shit, Turing Machine, United Sons of Toil, Magneto, Multicult, Deathday

 

01 : Les Suce-Pendus : pour en finir « st » Brique 2012

Disque posthume devant l’éternel à l’instar du disque d’Ah Kraken sur In The Red puisque ce groupe d’Amiens a décidé de mettre un terme à son existence dernièrement. Musicalement, les deux formations sont assez proches, surtout dans l’excellence. Les Suce Pendus ont un certain coté swamp que n’avaient pas AH Kraken. No Wave, Dissonance, Rowland S Howard se baladent de manière nonchalante le temps de ces quatre titres sombres et enfiévrés. Die Haut, Crime & City Solution se retrouvent à New York en 1978. Et pourtant cette musique a été enregistrée l’année dernière en France. Les Suce-Pendus, avaient déjà partagé un monstrueux split single avec Judas Donneger. Objet culte promis à fasciner une poignée de jeunes gens électriques, les même qui ont un jour acheté un disque des Garbage Collector, Of Cabbages & Kings, City Kids et qui continuent encore de les écouter, une fois les portes fermées.

02 : Buck Gooter : consider the grackles « st » Kreephaus Records 2012

Ce groupe américain n’en n’est pas à son premier coup d’essai mais c’est grâce à l’inestimable mailmorder X-Mist qu’il est arrivé jusqu’à nos platines. Buck Gooter évolue en eaux troubles, entre Big Black et les Butthole Surfers, entre Helios Creed et This Heat. Minimalisme, psychédélisme, volutes et double doses inondent ce nouvel album au teint blafard de début de journée. Un groupe que je vous invite à découvrir de toute urgence si vous avez bien aimé les productions de Trance Syndicate dans les années 90.

03 : Sister Slacks : la clé « With a Saw ep» Autoprod 2012

Un tout nouveau groupe originaire de Toulouse qui dessine son univers sonore à l’ombre de formations somme Heliogabale ou Berline0.33. Post Punk et Noise Rock irradient des mélodies froides et incendiaires. La morgue de Diabologum  n’est pas si loin et le groupe dévoile un véritable potentiel artistique à conditions de bien doser le mixage du chant. A suivre !!!

04 : Exposé : rapaces « Alléché ep » Autoprod 2012

A l’heure ou le monde artistique célèbre les vingt ans de « La Fossette » de Dominique A, Exposé, le projet du guitariste des BerlineO.33, irrigue la musique en français d’un nouveau souffle. Tandis que Dominique A s’inspirait des Young Marble Giants pour façonner ces mélodies en argile, Exposé puise dans le répertoire de The Ex et dessine des arabesques singulières qui ne ressemblent à aucunes autres. Après une première maquette enthousiasmante, Exposé réussit avec ce premier ep à émerveiller les sens, suscitant pour les prochains enregistrements une attente fébrile. Tout simplement génial.

05 : Cannibales et Vahinés : lazarus listen « Nowhere » Tractor Notown 2012

Ce groupe au nom improbable vient de réussir à composer une musique intemporelle, référencée tout en soulignant sa propre singularité. De Charlie Mingus en passant par Tom Cora sans oublier le post punk de The Fall ou la beauté sombre de Carla Bley, Cannibales et Vahinés nous offre un voyage dans les univers libres et décalés lorsque l’improvisation n’est qu’un moyen d’expression et non le vecteur principal. Leur première maquette nous avait déjà interpellés sans doute plus d’ailleurs par la présence de GW Sok qui venait de quitter The Ex après plus de 20 ans de carrière. Nous avions bien apprécié ces quelques morceaux ne sachant pas à l’époque si cette collaboration allait se poursuivre. Les concerts se sont enchaînés et nous attendions avec impatience la sortie de ce premier album, œuvre plénière d’un quatuor en phase créatrice. Ce premier album est flamboyant. Il transcende les genres et les époques pour affranchir de nouvelles directions sonores. L’un des rares disques de ces dernières années qui sera encore écouté et disséqué au siècle prochain. L’album varie les tempo et les ambiances, embrasant les constructions d’un Charlie Haden par les fulgurances du post punk et la dissonance d’un Sonic Youth. Indispensable !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

06 : Obits :  let me dream if i want to  « ep » Sub Pop 2012

SebHache : « Nouveau single pour l’ancien chanteur d’Hot Snakes/ Drive Like Jehu . Ouais comment dire , sur le papier c’est énorme, sur disque c’est très très très moyen . Deux titres pour accompagner une nouvelle tournée Européenne. Philippe Manoeuvre va encore verser une larme derrière ses Rayban en écoutant cette reprise de MinkDeVille ».

07 : Black God : cast you out « Two » Autoprod

SebHache : « Vous n’avez pas aimé the Obits ? Pas grave y’a plein de groupes qui font dans le même registre mais en bien mieux. Black God c’est Coliseum + Young Widows mais c’est pas un mélange de crust et de noise, c’est du rock ‘n’ roll calibré à la Hot Snakes / Night Marchers . C’est leur second ep en deux an, et c’est No Idea qui régale ».

08 : Brák : truleysi « Tomhyggja » Autoprod 2012

Excellente surprise avec le premier album de ce groupe islandais découvert au hasard de nos écoutes sur les pages bandcamp des dernières formations référencées en matière de Noise Rock, de Post Punk ou de No Wave. Leur musique possède une candeur indéniable qui évoque la rencontre fortuite entre A Place To Bury Strangers et Part Chimp. Néanmoins, Brák possède un son qui lui est propre, porté par une rythmique trépidante et des guitares très saturées. Le chant légèrement décalé donne du relief à leurs expulsions soniques. A consommer très frais sans modération.

09 : Fun : earth mover « New 13 » Cut Half 2010

Un extrait du dernier album en date du groupe finlandais pour illustrer leur venue le vendredi 01 Juin à La Bascule sur Rennes en compagnie de Magneto. On a pu vérifier leur véritable savoir-faire en matière de Noise Rock made in Chicago. Une rythmique implacable à la Jesus Lizard portée par une guitare très Birthday Party. Le chant reste le point du faible du groupe en live comme sur disque.

10 : Rodha : overloaded « Raw » Autoprod 2012

Sebhache :« Rhoda, c’est un groupe allemand, d’Hambourg, qui officie dans le stoner sludge coté Maryland /New Orleans de l’affaire. Si vous aimez Cavity, Eyehategod, ce ep est fait pour vous. Attention, dans l’auto radio ça à tendance à faire ralentir la circulation».

11 : Suis La Lune : : cornea « Riala » Topshelf Records 2012

SebHache : « Deuxième album et des brouettes (huitième prod en tout)  pour ce groupe de Stockholm . Emo Screamo comme on en faisait en milieu fin 90’s, ça nous rajeunit pas  C’est vraiment comme si Yage, Shotmaker jammait avec Amanda Woodward, Alcatraz. C’est vraiment bien foutu …. mais ça me rend nostalgique …. »

12 : Tendril : terminal vibration « Smear » Autoprod 2012

Une nouvelle formation anglaise noise rock proche de Poino, Part Chimp. Ce premier disque dévoile un groupe très noise rock autant influencé par les dérives d’Arab On Radar que par la rage de Converge. Une musique débridée qui demande encore à être canalisée au niveau de la production pour pleinement libérer leur envie d’en découdre.

13 :Vulture Shit :  area dads « I Love The Way He Touches His Computer” Autoprod 2012

Ce titre est le single de l’année!!!!!!!!!!!!!!!!! Une musique sexy, des paroles jubilatoires et une frénésie communicative.  Il y en a 300 exemplaires. On vous avait parlé de leur démo en décembre. Le maxi vient de sortir. Le groupe nous vient de Brooklyn et réussit l’exploit de mettre un peu de soul et de groove dans une noise proche de Glazed Baby ou d Arab On Radar. Vulture Shit a délimité pour l’instant son champ d’expression entre les Make Up et Death From Above 1979 et le résultat est hallucinant. Des compositions affolantes, un chant irrésistible et une folie ambiante totalement renversante. Ce maxi est un must absolu et je peux déjà vous affirmer qu’il va rester dans l’histoire celui là et que l’on est en train d’assister à la naissance d’une formation qui sera l’une des références de demain même si leur prochain disque prouvera peut-être le contraire.

14 : Turing Machine : yeah c’mon “What is the meaning of what” Temporary Residence 2012

SebHache : « Turing Machine groupe inconnu pour moi (tout le contraire de GwenK et de Perte et Fracas qui crient au scandale !!!). C’est en regardant l’affiche de la tournée de Violent Bullshit que j’ai vu le nom … Bon je m’attendais à du hardcore violent et cinglant, bien rapide et tout et tout ettttttt bien non pas du tout. Mathrock / Noise dans la veine de Battles, qui existe depuis un petit bout de temps maintenant et qui partageait le même batteur que !!!, Maserati , LCD soundsystem. Encore une fois si vous aimez le ep b/ c ep de Battles,  ce groupe est pour vous mirettes …. »

15 : United Sons of Toil :

Sebhache : « Le nom m’a interpellé, le titre de l’album aussi, noise rock classique et classieuse pour ceux qui aiment Unwound ou les premier Chokebore, Rodan aussi un peu . C’est leur troisième album, il manque encore un petit truc… »

14 : Magneto : detachment “Fragments” Some Produkt 2012

Premier maxi pour ce jeune groupe hexagonal influencé par Papier Tigre, Doppler, Unwound. Ce trio se lance à dans un noise rock rythmé, assez marqué par le son de Chicago mais sans oublier d’y ajouter sa propre palette mélodique. L’enregistrement manque encore un peu relief et la voix d’assurance mais Magneto, avec ce premier disque, révèle un fort potentiel musical.

15 : Multicult : groteske « Spaces Tangled » Sleeping Giant Glossolalia 2012

Entre Clockcleaner, Rapeman et Table, le groupe de Baltimore arrive à tirer son épingle du jeu. Il possède un très bon sens du rythme, légèrement chaloupé et très très groovy. Ce trio cherche à jouer une musique qui lui est proche. Certes leur noise rock est très référencé mais Multicult en a bien conscience et ne cherche en aucun cas sur ce deuxième album à se faire passer http://multicult.bandcamp.com/album/spaces-tangledpour un pionnier du genre. A l’heure actuelle, ce combo est un passeur idéal pour se plonger vers la noise rythmée et syncopée du début des années 90.

16 : Deathday : sister « st » Sweating Tapes 2012

Retour de  « L’Instant Supercopter » avec la ressortie en vinyle d’une K7 parue à l’origine en 2009. Le groupe nous vient de Los Angeles et nous propose une Electro Front Wave distante, grinçante, très référencée Factory et ses  Liaisons Dangereuses. L’art de danser les poings liés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>