PLAYLIST://25/11/2010

Julian Angel, Dirge, Women, Looking For John G, Ed Wood Jr, Kitchen Tool Set, Xnoybis, Action Beat, 202project, Les Marquises , The Healthy Boy& The Badass Motherfuckers, The Left, The Soft Moon, Pop 1280, Timber Timbre , Morrow

Une petite sélection de disques que l’on écoute régulièrement depuis deux, trois mois (à deux, trois exceptions près) et qu’il était plus que temps de diffuser


01 : Jullian Angel : the strong “For a ghost” Les Disques Normal 2010

Une nouvelle fois un extrait de l’album de transition réalisé par Julian Angel. Il revisite dans le plus simple appareil, guitare folk et voix, le répertoire de ses deux précédents enregistrements tout en dévoilant quelques plages du disque à venir. Le résultat est somptueux, reflétant un folk crépusculaire bercé par Nick Drake et Leonard Cohen.

02 : Dirge : 8AD “Where no one has a name” Another Record 2010

Nous étions tombés sous le charme en 2007 de la voix de Yann Lafosse et du violoncelle de Mirjam Tautz. Leur premier album offrait une couleur sonore faussement romancée par Slint, The For Carnation et Sebadoh. Ce nouvel enregistrement marque la fin du groupe puisque Dirge s’est récemment séparé. Et on ne peut que regretter cet état des choses car ce disque ouvre plus de perspectives qu’il ne met un point final à l’aventure. Cette formation fragile a réussi à faire évoluer son écriture au travers d’emprunts au post rock ou à l’américana pour composer une musique fantasmée et habitée, comme avait su le faire en son temps Loyola. Adieu donc et merci pour tout

03 :Women : drag open “Public Strain” Jagjaguwar 2010

Voici une formation canadienne qui a grandi dans l’ombre de MGMT avant et qui se jette sous les feux des projecteurs à l’aune de leur deuxième album. Entre Shoegazing, Noisy Pop, et Garage, ils arrivent à créer une musique hautement référencée sans ne jamais tomber dans la simple révérence. Il leur manque encore l’étincelle mélodique pour tutoyer leurs illustres aînés le temps d’un album car en format court, certains morceaux de « Public Strain » confinent à l’excellence.

04 : Looking For John G : high kick from the sea “Robusta” Distile 2010

J’étais persuadé que cette formation parisienne  avait mis un terme définitif à ses activités musicales peu après la sortie de son premier mini lp en 2006. On avait ici beaucoup défendu cet enregistrement et notamment le morceau « Axis of Love ». Un peu inquiet à l’idée d’écouter des pièces rapportés d’un répertoire assez léger, je fus vite rassuré par les amis de Noise R’us qui indiquaient que Looking For John G s’était retrouvé en 2009 pour enregistrer ces 5 morceaux, pour le plaisir et sans aucune intention de tourner. Une approche à la Plows en quelque sorte. Le résultat est stupéfiant et leur noise rock déchiré fait de nouveau chavirer nos sens. Je ne sais pas s’ils sont influencés par les premiers Lowercase mais on retrouve chez eux cette même  mélancolie à fleur de peau. Très belle surprise de fin d’année et on espère recevoir à l’avenir d’autres fulgurances sonores de cette formation qui aurait une nouvelle fois décidé de jeter l’éponge. Info, Intox, à vous de juger !!

05 : Ed Wood Jr : art brut “Feats” Whosbrain/Radar Swarm 2010

Tout a déjà été plus ou moins dit ici et sur cet ep enregistré lors de la « Release Party » du premier album d’Ed Wood Jr le 1er mai 2010.Rien d’autre à ajouter quant à l’excellence de l’objet en question si ce n’est qu’il était plus que temps de diffuser cette version incendiaire d’ »Art Brut » que l’on est en droit de préférer à sa version initiale.

06 : Kitchen Tool Set : bus “More” Autoprod  2010

Il était vraiment temps que l’on se bouge un peu pour vous parler ce très bon album d’indie rock qui avec le dernier Thinking Machines dépoussière habilement le genre. Des plages instrumentales douces amères s’estompent devant des lignes de chant insidieuses et entêtantes. Chris Brokaw es-tu là ? Les thématiques véhiculées naguère par Polvo, Pavement voire Prohibition sont revisitées avec brio et personnalité.

07 : Beings : anomalies “st” Amnesian 2010

Etonnante formation de Miami qui a su trouver son chemin entre le Noise Rock, la Front Wave et le Punk Rock. Ce premier mini album révèle un groupe qui a réussit à tirer une unité de son de ses influences multiples et variées. Les ombres de Drive Like Jehu, des Minutemen et de Wire jouent un jeu de dupes des plus séduisants.

08 : Xnoybis : maybe next time “Meanwhile » Autoprod 2010

Après leur excellent split single avec leurs amis de Pord, voici donc le nouveau mini album  de la formation picarde. Ce disque couvre deux sessions assez distinctes, la première de cette année enregistrée en mode guitare batterie et offrant trois inédits de belle facture et deux anciens titres de leur répertoire mis en boîte en formule trio guitare, basse batterie en 2008. Deux années ont passé entre ces deux sessions et les progrès dans l’écriture sont indéniables. Ces nouveaux titres sont ravageurs à souhait, tutoyant du regard Collossamite et Playing Enemy. Cette nouvelle mouture de Xnoybis doit encore peaufiner les variations rythmiques, un peu trop abruptes à ce jour mais les excellentes harmonies de guitares pallient à cette relative inexpérience du duo.

09 : Action Beat : « Beatings » Truth Cult 2010

Pour son second album,  le gang de Bletchley  a choisit de faire danser !!! sur du Glenn Branca. Cette fanfare intrépide et dissonante a délaissé les bacchantes de Sonic Youth pour lorgner vers une No Wave entrainante et épileptique.  Le résultat est bluffant et des plus réussis. A noter le bel effort du groupe avec la version vinyle, superbe double gatefold. Un des rares disques noise qui donne le sourire et c’est sans doute en raison de cet aspect un tant soit peu « festif » qu’Action Beat ne bénéficie toujours pas du soutient et de la reconnaissance de ses pairs. On leur préfèrera sur le moment une formation faussement tourmentée, animée d’un manque de talent chronique. Et pourtant Action Beat est bel et bien l’un des groupes les plus passionnants de notre époque à écouter et à voir sur scène.

10 : 202project : totale éclipse “Totale Eclipse” Le Son du Maquis 2010

Merci encore et toujours à Hazam de nous avoir fait découvert l’univers singulier de JP Marsal, alias 202project. Sa musique puise son inspiration dans les interstices du rock, les bas-côtés du Mainstream. On y croise des sosies de Suicide, des imitations de Section  25, des références à Lee Renaldo. On y respire surtout un air vicé et anxiogène qui entraîne une addiction rapide à ces faux semblants saturés. Un des disques marquants de cette fin d’année.

11 : Les Marquises : sound & fury « lost Lost lost » Lost Recordings 2010

Premier album et premier coup de maître réalisé par le multi instrumentiste Jean Sébastien Nouveau du groupe Immunes secondé par Jonathan Grandcollot à la batterie et épaulé vocalement par Jordan Geiger de Minus Story. Musicalement parlant, on est face d’un ovni sonore non identifié comme si Portishead produisait Moonshake qui reprenait Stereolab. Dub compressé, post rock sournois, pop indécente, tout se télescope dans un faux semblant luxuriant et vénéneux. Les Marquises ne ressemblent à rien tout en évoquant le plus grand nombre. L’adage du grand disque est démontré et nous vous invitons à l’écouter le plus souvent possible et sans à priori, aucun. Petit clin d’œil à Noise R’us pour nous avoir mis la puce à l’oreille sur ce magnifique album

12 : The Healthy Boy& The Badass Motherfuckers : to clean my thoughts “Tonnerre Vendange” Khythibong 2010

Benjamin Neurot a convaincu la majeure partie des membres de Zëro d’endosser la tunique des Badass Motherfuckers pour bousculer l’univers un tant soit peu intimiste du Healthy Boy. Bien leur en ont pris car ils ont réussi sur ce quatre titres à ouvrir les fenêtres d’un folk intimiste sans pour autant le dénaturer de sa mélancolie pathologique. On pense à du Smog  rêvant de For Carnation.

13 : The Left : gas mask « Gas Mask » Mello Music 2010

Et une claque de plus en hip hop cette année et une nouvelle fois, on la doit à Apollo Brown qui se fait accompagner de Journalist 103 et de DJ Soko pour mener à bien son nouveau projet. The Left n’a pas grand-chose à voir avec le hip hop soul d’Apollo. Le ton est plus dur et les couleurs plus sombres. D’ailleurs au vu des collaborateurs de ce disque (Roc Marciano, Invincible….), on peut ajouter que ce « Gas Mask » et ses dix sept titres fait figure de testament musical en matière de hip hop pour cette année. Le disque foisonne d’idées autour d’une musique désabusée, assez basique dans sa forme mais terriblement efficace à l’écoute. Impressionnant.

14 : The Soft Moon : circles “st” Captured Tracks 2010

Après vous avoir diffusé les deux singles de cette formation de San Francisco bercée par le son de Manchester du début des années 80, voici un extrait de leur premier album. Splendide relecture des premiers Section 25 et d’A Certain ratio, ce disque risque fort de plaire également à tous les amateurs éclairés de Front Wave sans oublier celles et ceux qui sont tombé dernièrement sous le charme de The XX ou d’A Place to Bury Strangers. Un retour vers le futur des plus réussis et un bien bel « Instant Supercopter ».

15 : Pop 1280 : data dump “The Grid” Sacred Bones 2010

Etonnant premier mini album pour cette formation New Yorkaise qui a délaissé les rivages Front Wave pour ruer dans les brancards et se vautrer dans la fange des Chrome Chranks et de Pussy Galore. Le groupe s’est mis en danger, délaissant les harmonies post punk pour aller voir ailleurs et trouver ses propres gimmicks comme avait su le faire en son temps Scratch Acid. Excellent

16 : Timber Timbre : until the night is over « Timber Timbre » Full Time Hobby 2009

Ce troisième album du canadien Taylor Kirk a mis quelque temps à s’immiscer dans notre environnement musical mais sa manière de faire du folk en chantant comme Roy Orbison a vaincu peu à peu toutes nos appréhensions. Une beauté crépusculaire se dégage de ses plages embrumées et accueillantes.

17 : Morrow : sustenance « st » Excursions into the Abyss 2010

Cette surprenante formation de l’Indiana a décidé de brouiller les pistes comme avait su si bien le faire dans les années 90 les  Mile Pilot. Tour à tour pop rock, indie et émo, la musique varie le tempo et les émotions, trouvant une unité dans ses différentes approches de la mélancolie. Difficile de ne pas résister à tant de facilité mélodique. Ce morceau nous rappelle au bon souvenir d’Engine Down de « To Bury within The Sound ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>