PLAYLIST://03/07/2014

Gorsha, Animal Lover, Basement, Power Take Off, The Blind Shake, Afilador, Davidians, Powerdove, Looks Like Miaou, Warthog, Designer, Total Control, Emboe, Shabbazz Palaces, Sneers, Terrine, Lungbutter, Paul Carry & The Small Scary’s, The Healthy Boy and The Badass Motherfuckers

Gorsha

01 : Gorsha : diggin holes « Gronk City ep » Bechamel Records 2014

Premier album pour cette formation australienne originaire de la ville de Darwin. L’ombre des premiers Beasts Of Bourbon plane sur le disque. On songe également aux défunts Eddy Current Suppression Ring. Une basse reptilienne inonde de moiteur les attaques fiévreuses de la guitare. Huit titres de swamp rock classieux, porté par un chant caverneux et habité. Le groupe réussit à varier les ambiances pour ne pas s’enfermer dans un même tempo. Prometteur.

Animal Lover guilt

02 : Animal Lover : at the pool with my boys « Guilt» Learning Curve 2014

Après nous avoir renversés par leur précédent maxi « Fundango », le triode Minneapolis continue de nous maintenir au sol avec 6 nouveaux brûlots incendiaires. Le format court leur sied particulièrement bien tant l’intensité dégagée par leur musique est impressionnante. Six titres joués sur la corde raide comme si cette session était leur toute dernière. Animal Lover revisite à sa manière une noise rock abrasive, digne héritière des Glazzed Baby, Slug, Table et autres Rapeman. Rythmique saccadée, basse adipeuse, guitares stridentes et harmonies glaçantes s’affrontent sur un seul et même champ de bataille. L’issue est vaine mais la lutte est belle. Sur chaque titre, le groupe réussit à trouver des gimmicks mélodiques ou rythmiques obséquieux et obsédants. Un nouveau classique !!!

Basement

03 : Basement : labyrinth « Counterclockwise ep » Some Produkt/Day Off/ After Before 2014

Huit ans après leur dernier album en date « Everything Gets Distorted », Basement renaît de ses cendres pour nous dévoiler quatre nouveaux morceaux. Enregistré chez Serge Moratel en suisse, le résultat de cette session est tout simplement époustouflant. Le groupe n’a jamais aussi bien sonné et les nouvelles compositions sont terriblement accrocheuses. Le chant habité et saturé est parfaitement mixé, écorchant de rage leurs écumes électriques. La rythmique est puissante et suave, rappelant les montées de fièvre de Doppler, Distorted Pony ou du premier Unsane. Saisissant !!! D’autres morceaux ont été enregistrés et devraient voir le jour prochainement. Un Must Have.

Powertakeof

04 : Power Take Off : some gave all « This Is Late » Learning Curve 2014

Lester Brome : «Un excellent nouveau groupe de Minneapolis qui délivre sur son nouvel album un noise rock adipeux, à tendance sludge. L’ambiance est lourde et latente. De temps en temps, des cuivres viennent plomber l’ambiance. Des riffs lancinants et saignants font monter la température mais l’averse ne vient jamais ».

blind shake

05 : The Blind Shake : get youth « Get Youth ep » Depression House 2014

Lester Brome : «  On reste à Minneapolis avec le nouveau single du meilleur groupe de garage actuel. Le beat est épileptique et le groupe joue la langue serrée. Imaginez la classe des Elevators avec l’énergie de The O Seehs et vous aurez une petite idée de ce qui vous attend sur ce terrible 45t. Un must ».

afilador

06 : Afilador : 1 « démo » Autopr 2014

Lester Brome : « Première démopour ce trio de Madrid. Musicalement, le groupe oscille entre l’énergie d’At The Drive In, Ten Grand et des structures plus post punk. On est très proche de l’intensité d’un Vss mais sans apport synthétique. A suivre en tout cas ».

Davidians

07 : Davidians : Bauhaus BeacHaus« ep » Deranged 2014

Lester Brome : « Ce groupe américain de Raleigh (une ville plus connue pour ses équipement cyclistes) comprend des membres de Double Negative et de Safewords. Post punk rageur et dissonant qui recherche l’efficacité immédiate à l’approche détournée. 4 titres très courts et intenses, on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer ».

Powerdove

08 : Powerdove : easter story « Arrest » Murailles Music 2014

Une fureur boisée. C’est la première expression qui m’est venue à l’esprit à l’écoute du nouvel album de Powerdove. Le disque nous invite à une promenade intérieure dans une forêt de sonorités chatoyantes. Annie Lewandowski compose des chansons folk qui se fredonnent immédiatement. Le traitement sonore qu’elle leur accorde ne ressemble quant à lui à aucun autre. Epaulée par John Dietrich (Deerhoof, Gorge Trio, Collossamite…) et Thomas Bonvalet (Cheval de Frise, L’Ocelle Mare, Arlt..), elle transfigure ses comptines musicales en objet sonore singulier. Une simple clairière se transforme en cabane perdue, le murmure des arbres évolue en pluie d’arpèges. L’instrumentation et l’orchestration de ces chansons intimistes est d’une richesse incroyable. Les deux musiciens par la diversité des instruments utilisés et leur manière si particulière d’en jouer font basculer le disque en terre inconnue. Le chant clair et limpide d’Annie permet à l’auditeur de ne pas s’égarer sur ces sentiers détournés. « Arrest »  est le troisième album de Powerdove et le deuxième sous cette formule. Son prédécesseur révélait un groupe en découverte de ses propres intentions. Désormais, chacun a trouvé sa place, donnant naissance à une œuvre musicale forte et inspirée. On peut songer à Carla Bley reprenant des airs folk. Car en dehors de l’étrangeté des textures sonores, ce qui frappe également, c’est la portée intemporelle de ces chansons. On pourrait jurer d’avoir déjà entendu ces mélodies tout en ne connaissant pas la version proposée. La production du disque met parfaitement en valeur la luxuriance de cet enchantement musical. On y entend les doigts glisser sur le bois et la voix reprendre son souffle. Un voyage en émeraude. Ce disque devrait permettre à de nombreux musiciens folk de se remettre en question car oui il est toujours possible de changer les règles du jeu. Bande son idéale pour relire le précieux ouvrage de Louis René des Forets, le bien nommé « Un malade en Forêt ».

looks like miaou

09 : Looks Like Miaou : guided by humps « Hardbrake » Katatak/Tendresse 2014

Ce groupe Hexagonal qui avait sorti son premier album sur un label australien (Bon Voyage) fait partie de ces formations encore secrètes au charme imparable. Leur nom évoque l’innocence, l’enfance et leur manière de jouer, très instinctive et minimale renvoie à la candeur de l’apprentissage d’un instrument. Do It Yourself, punk attitude mais pas que. Fascinés par la mélancolie, l’ennui et les sonorités post punk et new wave, Looks Like Miou se réapproprie ces sonorités pour réussir à composer sa propre musicalité. A l’instar de The Dreams, Drive With A Dead Girl, le duo joue sur le désenchantement et la solitude. Les rythmiques respirent fébrilement, traversées par des lignes de basse entêtantes et des arpèges cristallins. De temps en temps, des cuivres rappellent les magnifiques loosers néozélandais : Girls Pissing On Girls Pissing. Par contre, on sent aussi chez eux une pointe d’espièglerie, d’effronterie. Même s’ils adorent ces atmosphères maussades, on a quand même aussi l’impression qu’ils s’amusent devant tant de noirceur. La production est suffisamment claire et subtile pour illustrer les différentes facettes du duo. Mélodiquement, l’album révèle de superbes chansons Front Wave, le groupe ayant énormément progressé dans l’écriture de ces contes du repli. Un disque refuge !!!

Warthog

10 : Warthog : feral « Prison ep » Iron Lung 2014

Après avoir déjà sorti un chouette single sur Katorga, voici des nouveaux titres enregistrés pourtant durant la même session. Le groupe de New York ne baisse pas la garde et propose toujours un hardcore punk noise, très proche de Hoax, Rorschach, Hüsker Dü (des débuts). Efficace !!

Designer ep

11 : Designer: bye bye bible « ep » Bufu 2014

Après avoir publié une k7 lors de leur dernière tournée Us qui proposait des versions remasterisées des titres de leurs précédents ep, voici enfin le nouveau single. Deux titres de noise épileptique et furieuse. Deux titres courts totalement intenses qui m’évoquent le croisement des Death From Above 1979 (des débuts, héhé) avec Arab On Radar, le tout parrainé par Ex Models. Un single totalement jubilatoire qui font de cette formation de Boston, l’une des plus enthousiasmantes du moment.

Total Control lp

12 : Total Control :  black spring « Typical System » Iron Lung 2014

Lester Brome : « Après avoir été les premiers à vous diffuser la première maquette de ce groupe australien formé par Mickey Young d’Eddy Current Supression Ring et de Dan Stewart d’Uv Race, on a laissé tous les blogs du monde diffuser les extraits de leur deuxième album. Je trouve le disque très bon. Alors certes, il est de facture assez classique et en dérapage contrôlé mais j’aime bien leur manière de revisiter le post punk. Et puis quand tu as le contrôle, c’est déjà bien me susurre mon cher voisin de palier, un militaire de carrière au long cours ».

emboe

13 : Emboe : et je fredonne « Erldl ep » Autoprod 2014

Lester Brome : « Depuis le split des Sons Of Frida, Emmanuel Bœuf a sans doute plus de temps pour se consacrer à son projet solo Emboe. Ce nouvel ep explore les territoires sonores ambiant découverts en leur temps par Lustmord, Soviet France, Mick Harris.. Des cloches résonnent tout au long du disque comme des cris perdus dans des montagnes de silence. Sur ce titre, Jérôme Orsoni vient déclamer un texte et le résultat de cette collaboration est très émouvant. Une déchirure feutrée.  ».

shabazz lp

14 : Shabbazz Palaces : forerunner foray « Lese Majesty » Sub Pop 2014

Lester Brome : « Le deuxième album du duo de Seattle était très attendu et dès la première écoute, j’ai su que je n’allais pas être déçu. Hip hop teinté d’électro qui oscille entre morceaux répétitifs et titres en apesanteur. J’ai presque l’impression que les deux compères (Ishmael Butler et Tendai Maraire) ont pris un malin plaisir à mettre un peu distance entre leur musique et sa réception. Un écran de fumée en quelque sorte. J’ai toujours l’impression d’avoir un des deux musiciens dans le dos à observer mes réactions tout me disant : Alors pas Mal hein ??. Excellent, tu veux dire. ».

sneers

15 : Sneers : as a creator i bet you did create disease «  For Our Soul/Uplifting Lights To Shine As Fires  » Brigado Disco 2013

Superbe disque pour cette formation italienne désormais installée à Berlin. L’ombre des Bad Seeds et surtout des Crime & The City Solution plane d’ailleurs sur ce premier album (du moins à notre connaissance). Sneers est un duo composé de Leonardo Oreste Stefanelli à la batterie et de Maria Greta Pizza aux guitares et au chant. Cet enregistrement est totalement fascinant, hanté par la no wave et les sonorités post punk tout en évitant le piège de la copie conforme et difforme. A l’instar des Drive With A Girl, Sneers propose une musique inspirée au lieu de simplement s’inspirer de ce qui s’est fait dans le passé. Une batterie répétitive accompagne des accords dissonants et glacés sur lesquels le chant torturé et habité de Maria dessine des arabesques mélodiques saisissantes. Des guitares en cloche sonnent le glas dans un monde en implosion. Tout se déconstruit et pourtant rien ne bouge. Ac Temple et Live Skull résonnent au loin tandis que cet enregistrement continue de se dévoiler écoutes après écoutes. Une œuvre oh combien vénéneuse.

Terrine

16 : Terrine : animations africaines « 100% Niobé » Autoprod 2014

Terrine est le projet de Claire Gapenne, guitariste d’Headwar. Cette première maquette se ballade entre No Wave, Noise et Indus. Une boîte à rythme tour à tour frénétique ou percussive déchire les différentes atmosphères de ces trois morceaux. Le chant quant il n’est pas hurlé comme sur ce titre renvoie aux débuts de Lizzy Mercier Descloux et notamment son combo désormais mythique : Rosa Yemen. Terrine partageant en effet une certaine attirance pour le minimalisme, l’épure, l’expérimentation et les sourires effrontés. Vivement la suite.

Lungbutter

17 : Lungbutter : Vile « Extractor ep » Autoprod 2014

Cela fait quelque temps que je suis ce groupe de Montréal sans pour autant vous avoir diffusé un seul extrait de leur répertoire. La honte !!! Leurs précédents singles étaient pourtant de très bonne facture, quelque part entre Sonic Youth, Neptune et Babes In Toyland. Ce nouvel ep est encore un cran au-dessus, le groupe canadien ayant progressé dans l’écriture de ses compositions et dans leur mise en forme. Le son est puissant, âpre, idéal pour que Lungbutter déploie ses guitares abrasives et ses rythmiques revêches. Le chant tour à tour hurlé ou susurré est à l’unisson de chansons tout autant inspirées par la No Wave que le Noise Rock. A découvrir de toute urgence !!

PAUL-CARY-COYOTE_SOURCE1-285x285

18 : Paul Carry & The Small Scary’s : it’s allright « Coyotte  » Stankhouse Records 2014

Lester Brome : « Dans Kerozene, nous avons souvent des amis de l’été, souvenez vous de Jeremy Jay ou plus récemment Paul Hawkins. Cette année, nous sommes tombé en amour pour « Coyote », le dernier album du dénommé Paul Cary accompagné de ses « Small Scary’s ». L’ami Paul nous vient de Chicago mais n’exerce pas dans le registre noise rock, lui se ballade entre garage, blues teinté de psychédélisme et mélodies pop du plus bel effet. Sa voix particulièrement touchante nous raconte des histoires un peu flippantes à l’instar de ce « I’ts Alright », l’histoire vraie de son grand père disparu au volant de son camion au bord d’une rivière alors qu’il revenait du travail. Son corps n’a jamais été retrouvé. Après un premier album solo en 2009, « Ghost Of A Man » et un 45T split avec les prolifiques Thee Oh Sees, Paul s’est entouré d’un remarquable gang pour ce « Coyote » magistral. Ils sont sept autour de lui, basse, batterie, guitare bien sur mais aussi une section cuivre énergique, de l’orgue, du farfisa, bref, une ribambelle d’instruments pour des compositions magnifiques. Cet album n’est pas près de nous quitter. Bienvenue chez nous Paul, on t’embrasse ! ».

The Healthy Boy Rambo

19 : The Healthy Boy and The Badass Motherfuckers : it’s a long road / Rambo « first blood » main theme 2014

Lester Brome : « Le retour de The Healthy Boy est annoncé en octobre avec un album baptisé « Dolce Furia » et qui sortira sur Kythibong. En guise d’apéritif, Benjamin Nerot nous offre ce titre surprenant. En plus de ses Badass Motherfuckers, à savoir les membres de Zëro, il a débauché Franck, guitariste émérite de Papaye. Cette relecture des aventures du redoutable et redouté Rambo nous fait peur, le solo de guitare du départ va sans doute en faire reculer plus d’un. Et pourtant, la magie opère et nous transporte au coeur des combats. Un morceau héroïque qui va comme un gant à ce guerrier qu’est The Healthy Boy ».

 

 

Un commentaire pour “PLAYLIST://03/07/2014
  1. MÆNIFESTO dit :

    Hello,
    I’d like to ask you to REVIEW our LP, it is called « VENI VIDI VICI ».
    It’s ‘Avantgarde/Noise’ made with Electronic (at least we think so! :-) ) and we like your things,
    that’s why we’re asking you this.

    Here’s VENI VIDI VICI –> http://open.spotify.com/album/6bbtoSA5LDUnbOW0XfgiaD

    Let us know
    Mercì
    Augustus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>