PLAYLIST://04/11/2010

Blank Dogs, Ambellyn, The Lights, Bootblacks, Zea, Murky Ajar, Big Black Cloud, Movie Star Junkies, Hot Flowers, Shipping News, Ntwin, ANBB, The Somnambulist, Discodeine, Off, The Left, The Soft Moon, Mnttab, Nothing, The Soft Pack

01 : Blank Dogs : all around “Land & Fixed” Captured Tracks 2010

Il m’aura fallu un peu de temps (pas loin de trois mois) pour dénicher quelques qualités au nouvel album du Blank Dogs, alias Mike Sniper.  Si on avait adoré son dernier opus en date (Under and Under), cette nouvelle livraison laissait perplexe au premier abord. Sa délicieuse Front Wave Lo Fi avait laissé la place à une copie blafarde des débuts de New Order. Production épurée, chansons en ligne claire et refrains faciles semblent être les matrices de son évolution. Blank Dogs est passé d’un son personnel et identifiable à une palette sonore quelconque et très passe partout en ces temps de shoegazing à tout va. Les nouvelles compositions ne sont pas intrinsèquement nulles mais elles s’oublient très très vite. Au final, même ce disque est agréable à écouter, il n’en reste pas moins terriblement anodin.

02 : Ambellyn : eisa “If you believe in love” Mama rda Maso 2010

Tout le contraire de cette formation tchèque d’Ostrava qui signe ici un premier mini album singulier et inspiré. A l’instar des Balaclavas, ils proposent une relecture vivifiante et terriblement pertinente du Post Punk. Entre Birthday Party, Pere Ubu et Zé Records, ils n’ont pas fait leur choix, laissant leur spectre musical se développer au gré de leurs envies. Amicale ou cinglante, la musique d’Ambellyn ne laisse pas indifférent. Attention Révélation.

03 : The Lights : death less distances « Failed Graves » Wantage 2010

Malgré un patronyme des plus quelconques, cette formation de Seattle propose un premier album d’assez bonne facture en matière de rock’n roll noise. Les Hot Snakes ne sont jamais très loin et le disque fait la part belle à des compositions racées et soignées.

04 : Bootblacks : tuxedo tomcat “split ep w Monozid”

Cette nouvelle formation de Brooklyn a été formée sur les cendres des excellents Holy Kiss, orfèvres en matière de swamp rock. Cette nouvelle mouture oscille entre Front wave et Swamp Rock. A l’aune de ce premier split single, elle n’a pas encore choisi son camp, offrant ainsi deux morceaux tout aussi convaincants mais dans deux styles différents. Pour cette émission, nous avons mis en avant sa facette swamp.

05 : Zea : we’ve got a crisis “The Beginner” Makkum Records 2009

Ce n’était pas le tout de crier sur tous les toits les louanges du dernier The Ex et de n’avoir toujours pas écouté la formation dont est issue son nouveau chanteur. L’erreur est réparée et il faut bien avouer que leur dernier album en date (leur second) avait tout pour me plaire. Mélange habile entre The Fall et Chumbawamba du début. Frondeur, espiègle et rafraîchissant en diable ce « Beginner » marque les esprits et donne envie de se plonger dans le reste de leur discographie.

06 : Murky Ajar : gnos ssa “Yeah we think we’ve got sex appeal” Mama Mrda Maso 2010

Retour en Tchèquie avec des partenaires de label d’Ambellyn. Ce quatuor donne dans une noise rock sombre et saturée. L’influence des premiers Sonic Youth est  latente mais à l’instar des défunts Deity Guns ou Doppler, Murky Ajar a trouvé son propre chemin au gré des dissonances environnantes. Le son est affirmé et assez singulier grâce à une utilisation subtile du « Delay ». Seul le chant peine encore à habiter pleinement des compositions ambitieuses et envoutantes.

07 : Big Black Cloud : (nuclear war) x (a motherfucker) Stankhouse 2010

Oh que ce disque nous fait plaisir. On avait découvert cette formation de Portland via un précédent split single alors qu’ils s‘appelaient encore Here Comes a Big Black Cloud. Le nom s’est raccourci mais le potentiel affirmé précédemment prend désormais toute sa mesure avec ce flamboyant premier album. Embrassant toutes sortes d’influences (Cows, Dead Kennedys, Butthole Surfers…), Big Black Cloud livre un disque noise foutraque, dévergondé et totalement jubilatoire. Petit bémol, la production du disque n’est pas tout à fait  à la hauteur du talent de l’une des formations les plus passionnantes du moment.

08 : Movie Star Junkies : saddie smile “A Poison Tree” Voodoo Rhythm 2010

Un extrait du dernier album en date des Movie Star Junkies histoire d’illustrer  leur passage à Rennes le mardi 19 Novembre. Un concert qui a mis toute le monde d’accord d’ailleurs. A noter qu’il sera sans doute plus difficile désormais de voir ces bêtes de scène en café concert puisqu’ils ont signé sur Fat Possum et que la grande majorité des groupes de ce label sont managés en france par des tourneurs dont la vocation première est de voler les formations dont elles s’occupent en les faisant jouer dans des salles subventionnées du plus mauvais goût.

09 : Hot Flowers : battle of the bands “Camellia” HG Fact 2010

Retour gagnant pour Hot Flowers et Aeroflot vendredi 12 Novembre à La Bascule. Merci les gars et à toutes celles et ceux qui sont venus.

10 : Shipping News : sevens « One Less Heartless to Fear » Karate Body Record 2010

Le retour aux affaires de Jason Noble et de Jeff Mueller, fondateurs de Rodan,  formation Slintienne de premier plan. Le groupe avait mis fin à ses activités en 2005, après le très réussi « Flies the Flies » en raison des problèmes physiques rencontrés par Jason Noble. Ce dernier semble avoir bien récupéré de tous ses déboires puisque ce cinquième album de Shipping News, enregistré en live (7 nouvelles compositions sur 9) est tout simplement éblouissant. Ces années d’attente et d’inquiétudes ont transformé leur post rock élégant et classieux en un slow core dissident et enfiévré. C’est véritablement l’album de Shipping News le plus proche de Rodan dans l’intensité et dans la mise en musique de tensions insidieuses. Je n’attendais pas grand-chose personnellement de ce disque et pourtant je dois bien admettre qu’il ma complètement bouleversé. Un précieux fragment d’éternité

11 : Ntwin : Boy “st” Boom Boom Rikordz 2010

Deuxième diffusion d’affilée inévitable. C’est pour ce genre de découverte que l’on continue de puis 15 ans cette émission de radio. On a défendu récemment ce groupe  marseillais qui nous évoquait  Joy Division, Distorted Pony et Rapeman, sur la fois de bonnes chroniques chez Nextclues, STNT et Perte et Fracas via trois titres en streaming sur le site du label. Nous avons rapidement commandé le vinyle et dès la première écoute, ce morceau nous a impressionnés. Le chant est un des points forts d’Ntwin mais sur ce titre, ils ont invité un de leurs amis (un dénommé Julien) pour apporter une autre couleur harmonique à leur palette sonore. 150 écoutes plus loin, je ne me suis toujours pas lassé de ce putain de titre, à mettre tout à côté du « Elegy » de Jesus Lizard. Cette voix enfiévrée illumine une plage balayée par Shellac, Jeff Buckley et Pil. Sublimissime et génial !! Titre noise de l’année sans aucun problème.

12 : ANBB : mimikry “Mimikry” Raster Noton 2010

Deuxième sortie pour cette collaboration entre Alva Noto et Blix Bargeld (Neubauten) entamée depuis 2007. Ce premier album qui fait suite à un très bon maxi conjugue avec élégance les sonorités minimales et la voix éraillée de Bargled. Plus qu’une juxtaposition de deux fortes personnalités, ANBB propose une vision commune d’une electronica enivrante et embrumée. Superbe disque, dommage que l’on retrouve 4 des 5 morceaux du maxi sur cet album

13 : The Somnambulist : moda borderline “Moda Borderline” Acid Cobra 2010

Etonnante formation cosmopolite plus ou moins réfugiée à Berlin qui flirte entre les influences cabaret de Kurt Weil et les rivages noise rock de Chicago. On peut penser à une variation des Cesarians en mode Pissed Jeans. Tout n’est pas parfait dans ce premier album car il n’est pas si facile de faire cohabiter deux textures si différentes au sein d’une seule et même composition. Par contre, lorsque le charme opère, les bras m’en tombent.

14 : Discodeine feat Jarvis Cocker : synchronize « ep » Dirt 2010

L’instant “Supercopter” prend son envol grâce à cette superbe collaboration. La voix de l’ancien chanteur de Pulp (qui se reforme pour quelques concerts en 2011) fait merveille sur ce bijou d’electro pop qui ne devrait jamais s’arrêter.

15 : Off : upside down “ep” Vice Records 2010

Nouveau quartet de Los Angeles composeé par d’anciens membres de Black Flag, Circle Jerks, Hot Snakes, Red Kross. Relecture lénifiante du hardcore américain du début des années 80.

16: The Left : scared “Gas leaks” Mello Music Group 2010

Et une claque de plus en hip hop cette année et une nouvelle fois, on la doit à Apollo Brown qui se fait accompagner de Journalist 103 et de DJ Soko pour mener à bien son nouveau projet. The Left n’a pas grand-chose à voir avec le hip hop soul d’Apollo. Le ton est plus dur et ce disque aurait pu très bien pu sortir sur Wordsound. Magnifique bande son d’un hip hop désabusé mais toujours debout malgré sa variétisation dans le Music Business.

17 : The Soft Moon : breathe the fire “ep” Captured Track 2010

Mike Sniper, alias Blank Dogs mais aussi boss du label Captured Track a eu la très bonne idée de signer cette formation de San Francisco qui rêve intensément de Manchester. Relecture plus que réussie des premiers Section 25 et d’A Certain Ratio. Un des must de cette année en matière de Front Wave.

18 : Mnttab : a tighter trip “Shiny Stones & Miracles” Autoprod 2010

Mais qui se cache donc derrière ce groupe australien qui se réclame de Bastard Krestel, Headbutt, AC Temple, Head of David, soit la fine fleur du noise made in England fin 80, début 90 et qui partage son local de répétition avec les Deaf Wish. A mon avis, ça sent le projet mené par un ancien Headbutt émigré à Melbourne. On va mener notre propre enquête pour en savoir un peu plus car musicalement, Mnttab dépoussière avec panache cette noise salace qui sévissait sur Londres et ses environs au siècle dernier. Vous pouvez d’ores et déjà vous jeter sur ce maxi des plus prometteurs en matière de noise bigarée et décomplexée.

19 : Nothing : last day in bouville “Poshlost ep” Autoprod 2010

Ce groupe de Front Wave nous vient de Philadelphie et joue sur la corde raide entre les Chameleons et Echo & The Bunnymen. Ce single tient plutôt bien la route même si l’on sent bien que Nothing peut tomber d’une seconde à l’autre dans la mièvrerie d’un Bloc Party.

20 : The Soft Pack : gag dad « ep » Mexican Summer 2010

Très bon nouveau  single pour The Soft Pack qui délaisse ici ses influences Hot Snakes et Modern Lovers pour louvoyer au plus près de Television.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>