PLAYLIST://10/01/2013

The Healthy Boy & The Badass Motherfuckers, Slim Twig, Monster Island, God Bows To Math, Baxter Stockman, Low, The Wakes, Usssy, Bomb Factory, Cortez, Action Dead Mouse, Pere Ubu, Chocolat Billy, The Citradels, Fragil Arm, Young Fathers, Doze

01 : The Healthy Boy & The Badass Motherfuckers : our story’s grave « Carne Farce Camisole » Khytibong 2013

Premier extrait d’un album à sortir en le 20 février. Ce titre est sans le plus réussi depuis le début de la collaboration entre The Healthy Boy et les membres de Zëro. Le blues ombragé est ici traversé d’éclairs électriques sous une pluie fine de rythmiques violacées. Un violon mélancolique nous raconte les péripéties d’une narration brumeuse tandis que le thème mélodique s’accroche à votre quotidien pour mieux l’en imprégner. Superbe !!!

02 : Slim Twig : heavy splendor « A Hound at The Hem » Autoprod 2012

La découverte de la semaine nous vient de Toronto. Après un premier album qui n’était pas parvenu jusqu’à nous, ce nouvel opus s’impose des les premières mesures. Si les débuts discographiques s’orientaient vers une veine folk électronique, cet album marque un véritable tournant musical. Dès le premier morceau, The Cesarians, Scott Walker, Bowie et Alan Vega s’invitent pour mieux se perdre dans les méandres de l’écriture de Slim Twig. Le songwriting est impressionnant. Dans un registre « classique pop rock », depuis l’apparition de Paul Hawkins, aucun musicien n’avait  réussi à investir un passé si illustre pour lui offrir de nouvelles perspectives. Du génie à l’état pur, totalement décadent et  diablement obsédant…

03 :  Monster Island : citizen spy « The Retaining Wall » Autoprod 2012

Tandis que Manchester ne cesse de glorifier son passé au travers des livres et films qui lui sont consacrés, il n’est pas anodin de constater que deux des meilleurs disques jamais sortis par des formations mancuniennes depuis une dizaine d’années n’ont même pas réussi à trouver un label digne de ce nom. Ainsi après le deuxième album des Total Victory, déboule le quatrième opus de Monster Island. Leur indie rock frondeur fait cette fois-ce des merveilles, s’inspirant de la morgue de The Fall, du bordel des Swell Maps et de la classe mélodique des Buzzcoks. Les titres défilent comportant quasi tous un gimmick mélodique ou rythmique qui fait toute la différence. L’album donne une furieuse envie de danser  tout en faisant trébucher son partenaire. Monster Island ne donne pas dans le poing levé mais dans les doigts croisés.

04 : God Bows To Math : the only good fnord is a dead fnord  « ep »  Autoprod 2012

Juste avant Noël, l’excellent groupe d’Auckland a décidé de nous donner de ses nouvelles avec ce titre en écoute sur leur page bandcamp. On espère qu’il augure d’un nouvel album ou au moins d’un nouveau maxi. On retrouve avec grand plaisir leur noise rock tendu et fiévreux qui n’est pas sans évoquer la fougue d’Hammerhead et la classe mélodique des mythiques Cherubs. Le son est une nouvelle fois très bon, offrant toute l’ampleur nécessaire à leur hargne sonore.

05 : Baxter Stockman : labour « Punter » Kult Of Nihilow / Full Contact Elektro 2013

Il va nous falloir patienter jusqu’au mois de mars pour découvrir le nouvel album de cette formation norvégienne qui ne cesse de nous impressionner à chaque nouvelle sortie. Cet extrait du disque à venir est tout simplement éblouissant et rend notre attente quasi insoutenable. Un riff de basse imparable emporte tout sur son passage. Arab On Radar s’invite chez PIL et les compteurs s’affolent… Et si l’on tenait enfin les dignes successeurs de Dazzling Killmen.

06 : Low : clarence white « The Invisible Way »  Sub Pop 2012

SebHache : « Ce nouvel album de Low enregistré chez Wilco voit le groupe renouer avec une certain grâce mélodique. Le travail de Jeff Tweedy leur a offert un son moins sec et plus chaleureux qui sied à merveille à leurs prières langoureuses ».

07 :The Wakes : colour «  ep » Dischord 2013

SebHache : « Nouvel ep pour ce groupe écossais qui me rappelle mes écoutes répétées des Pogues et du premier Against Me « Reinventing Axel Rose  ».

08 : Usssy : unicorn seeking postures « Afghan Music House Party » Autoprod 2012

Dans les périodes où l’on croit bêtement avoir tout entendu ou presque, il y aura toujours un ou deux disques qui annihileront cette posture. Cette année, le groupe russe Usssy aura publié un live épique reflétant son amour pour les Flying Luttenbachers et autres Painkiller. Mais surtout il aura sorti presque consécutivement deux disques absolument indispensables et complémentaires. Le premier « Karpet Birch » est sorti en août mais il vient juste d’être mis en écoute sur leur page bandcamp. Le second dont est extrait le titre diffusé ce soir reflète les intentions nouvelles du groupe. Ils ont décidé de reprendre à leur manière le répertoire traditionnel des musiques afghanes, iraniennes…..Le principe est simple, ils samplent des chansons et rajoutent par-dessus leurs propres parties de guitare-basse-batterie. A la base, cet artefact est souvent casse gueule mais là miracle, le groupe se réinvente totalement, évitant les pièges de la « World Music » et les digressions progressives. Ces deux albums d’Usssy sont au niveau des deux enregistrements réalisés par The EX & Tom Cora. Les yeux vers l’Est..

09 : Bomb Factory : same surrender « Gulliver ep » Autoprod 2013

Retour inespéré du groupe de Cambridge qui nous avait enthousiasmés par leurs précédents ep dont le dernier remonte quand même à 2010. Bomb Factory n’a rien perdu de sa pugnacité et de sa verve mélodique. Ces trois nouveaux morceaux sont tout aussi rageurs qu’auparavant. Les influences sont toujours présentes ( Wire, Mc Lusky, Part Chimp) mais le combo a su préservé sa ligne de conduite, oscillant entre post punk fiévreux et indie rock. Le chant est toujours aussi poignant et la parenté musicale avec les Total Victory est indéniable. Vivement la suite désormais.

10 : Cortez : arrogants que nous sommes « Phoebus » Throatruiner / Basement Apes / Get A Life  2013

Depuis 2005, Cortez n’avait plus donné signe de vie. Ce n’est qu’en décembre, au travers d’un excellent split single en compagnie des Plebeian Grandstand qu’on a pu écouter de nouveaux morceaux. Ces deux titres auraient largement mérités une place dans nos playlists de décembre mais leur longueur et notre langueur en ont décidé autrement. Et je sentais que ce deuxième album allait me renverser. Dès le premier titre « Temps-Mort », le ton est donné. Le son est immense, dense et tellurique. Pourtant ils ne sont que trois. De Deadguy en passant par God Machine sans oublier Botch, le groupe a dessiné un spectre sonore large et singulier. Cortez prends le temps de faire respirer ses plages insalubres pour mieux nous asphyxier par des  déflagrations soniques dont ils seuls le secret. L’album est intense, explorant les différentes aspérités d’une noirceur sourde et revêche. Bluffant…

11 : Action Dead Mouse : cut off flowers leave dead flowers « ä » Greed Recordings 2013

C’est avec grand plaisir que nous avons reçu le troisième album du groupe italien originaire de Bologne. Musicalement, le groupe a évolué sur ce nouvel opus. On retrouve ce mélange d’émocore et de math rock mais Action Dead Mouse sait désormais aussi investir le champ de l’indie rock pour se rapprocher parfois de formations comme Long Fin Killie. Les compositions sont audacieuses et la rythmique pétillante fait des merveilles. Le groupe réussit à alterner accords arithmétiques et passages mélodiques pour ne pas perdre l’auditeur dans les méandres de leur orchestration. Seul bémol, le chant est encore trop traité de manière anecdotique.

12 : Pere Ubu : 414 seconds « lady From Shanghai » Fire 2013

Il n’en reste plus qu’un. De toutes les formations nées dans les années soixante-dix, plus aucune n’a quelque chose à proposer artistiquement parlant et c’est tout à fait normal étant donné que la créativité d’un groupe repose en moyenne sur deux album. Père Ubu est une exception, l’a toujours été et est partie pour le rester. Depuis 1975, cette formation originaire de Cleveland a développe une musique unique préfigurant le post punk en puisant ses racines dans le psychédélisme des 13th Floor Elevators et les expérimentations des Silver Apples. Leurs discographie est chaotique, alternant disques sublimes et album dispensables. De ce courant alternatif, Père Ubu puise sa créativité pour nous délivrer un de ses meilleurs opus à ce jour. Pourtant la formule n’a pas changé, le groupe revenant même ouvertement aux sonorités de ses débuts mais sa musique reste aussi singulière en 2013 qu’en 1977. Les résonnances électroniques occupent une place prédominante cette fois-ci, offrant une matrice audacieuse aux trames post punk du groupe de David Thomas. La qualité des compositions est hallucinante, le groupe réussissant à signer des titres qui n’ont rien à envier à leurs tubes du passé. La classe ultime et l’un des grands disques de cette décennie.

13 : Chocolat Billy : la traversée du désert « Jacques et ses Diverses Compagnes » Potagers Natures 2012

Ce qu’il y a de bien avec les formations de la galaxie « Potagers Natures », c’est qu’elles arrivent toujours à réapparaitre alors qu’on les laissait pour mortes. Depuis quelques années, aucun signe de vie du groupe bordelais et pourtant au mois de décembre, ils ont publié un double album, pas moins !!!! Les concerts ont toujours été de mon point de vue le point fort du groupe et ce nouvel enregistrement ne va pas me faire changer d’avis. C’est sur scène que leur mélange de Surf/Noise/Kraut Rock prend toute sa dimension. Ce double album arrive néanmoins à retranscrire sur certains titres la créativité des Chocolat Billy. Le disque est assez inégal mais j’ai hâte de les revoir jouer devant mes yeux ce joyeux bordel.

14: The Citradels : on then out « Psychotic Syndrone » Autoprod 2013

 SebHache : « Premier album pour cette formation originaire de Melbourne et qui pratique à merveille le psyché rock cramé. Un projet commencé sous une couette en 2010 et qui devrait ne pas tarder à rejoindre les rangs du « Austin Psyché Fest ».

16 : Fragil Arm :  en carando o teto « O Desdobramento De Uma Fé Desacredidata ep » Autoprod  2012

SebHache : « Superbe ep de ce groupe brésilien qui revisite avec brio le passé glorieux de June of 44 qui n’est pas non plus sans évoquer les atmosphères ombragées de Zëro. Les cinq titres sont vraiment excellents et je vous recommande chaudement l’écoute de cette éclaircie musicale.

17 : Young Fathers : rumbling « Tape One » Autoprod 2011

Ce groupe hip hop écossais s’apprête enfin à sortir son premier album sur Ninja Tune et on n’en peut plus d’attendre tant on a envie d’écouter de nouveaux morceaux car leurs deux premiers singles sur Black Sugar Records et cette mixtape ont été usés jusqu’à la corde. Mais bon, en attendant la suite, autant vous rediffuser ce bijou de hip hop minimal et un peu psyché sur les bords.

18 : Doze : agendas « ep » Autoprod 2012

Ce groupe de Boston ne cesse de progresse à chaque enregistrement. Entre les premiers Mission Of Burmas et Arcwelder, Doze a réussit à trouver un ton singulier, porté par un chant fiévreux et une rythmique sautillante. Il ne leur reste plus qu’à faire disparaître quelques facilités binaires pour se retrouver au premier plan.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>