PLAYLIST://15/12/2011

Porch, Lorem Ipsum, Accordion Crimes, Catholic Spray, Boutros Bubba, The Evens, Nick Waterhouse, Kim Phuc, Papier Tigre, People Pulp, Buildings, Musicsova, Lisabö, Cutthroat Convention, Krallice, Vulture Shit, Doomsday Student, Ending Satellites

01 : Porch : bend’s friends « Dura mater » Autoprod 2011

Après plus 15 ans d’absence, ce trio de San Diego avait éclairé le début d’année avec l’excellent « Givin Up » qui proposait de savoureux entretiens entre Come, Live Skull et Us Maple. Ils nous livrent un nouvel ep qui s’il n’est pas au niveau du mini album, reflète cette fois-ci leur amour pour Beefheart et donc Us Maple. Ce titre est vraiment très bon. Merci à Porch pour ce cadeau de fin d’année.

02 : Lorem Ipsum : 1993 « ep » Autoprod 2011

Dans cette émission, on adore recevoir de temps en temps des bouteilles jetées à la mer qui nous arrivent sans trop bien savoir pourquoi. C’est le cas cette fois avec Lorem Ipsum qui nous a envoyé un message via notre Facebook. Il s’est souvenu de notre webzine (à moins qu’il ne soit un lecteur assidu) qui avait dit du bien de ses anciens projets : More Fire For Burning People et Galusha Grow, deux très bons combo noise relativement méconnus. L’ami Brett Payne a eu raison de nous demander d’écouter son nouveau groupe car y découvre une formation intéressante qui évolue entre noise et indie rock. Les noms d’Unwound, Lowercase me viennent en tête. Rien d’original en soi mais comme par le passé, un sens du gimmick et de la mélodie de guitare entêtante qui fait toute la différence. C’est donc leur premier ep et on attend la suite avec impatience.

03 : Accordion Crimes : ouray « Songs to Drive Wives Away » Cash Cow Records 2011

Ce groupe de Denver, découvert ici via un très bon split single nous dévoilent leur tout premier album. Comme pour le ep, le tout est masterisé par Bob Weston, la musique ressemble à du Shellac mais le Shellac du début, celui qui à l’époque se tirait la bourre avec Six Horse et Big’n avant de devenir une formation trop prévisible. Accordion Crimes possède ce petit quelque chose qui fait qu’avec l’album de Cartographer, on n’a pas envie de revenir vers les illustres aînés mais de savourer pleinement le moment présent. A noter que ce chouette disque sort sur le label Cas Cow Records qui n’avait rien sorti depuis plus de 15 ans et qui avait publié en 1993 l’excellent ep de Spavid.

04 : Catholic Spray : tu ne seras jamais un vrai Hells Angels  « Amazon Hunt » Teenage Menopause 2011

Sans doute mon titre préféré de ce premier album de garage noise, bien déjanté et barré sur les bords. Un clin d’œil aux Suicide sans renier l’énergie et la folie des Black Lips, période In The Red. Jouissif !! Ils étaient pour la seconde fois à Rennes le vendredi 16 décembre aux côtés des très moyens Jack of Heart. J’espère que vous y étiez.

05 : Boutros Bubba : half chicken « Ridiculous Wrists » Narrominded 2011

Ce groupe hollandais nous avait enchanté en 2006 avec son premier mini album « hearing voicst in a beer commercial makes me wanna get drunk » avec un mélange Us Maple, Oxbow du plus bel effet. Les enregistrements suivants étaient un ton en dessous. C’est avec un réel plaisir que l’on retrouve les Boutros Bubba en grande forme cette fois-ci. Le disque est des plus réussi, proposant une relecture vivifiante du catalogue Skin Graft. Les compositions sont accrocheuses, principalement instrumentales, lorgnant sur les terres explorées naguères par Gorge Trio ou Brise Glace. Et en plus l’album gagne en singularité à chaque réécoute.

06 : The Evens : warble factor « 2 Songs » Dischord 2011

SebHache : « Le retour du duo guitare batterie formé par Amy Farina et Ian Mackaye avec leur tout dernier single. Rien de nouveau sous le soleil malgré les cinq ans d’absence. Toujours ce folk rock matiné d’indie rock apaisé et contestataire. Comme souvent chez The Evens, les morceaux paraissent moyens avant de s’immiscer définitivement dans votre inconscient mélodique. Difficile de ne pas siffloter ce morceau dont la partie de guitare évoque assez clairement le passé fugazien du guitariste ».

07 : Nick Waterhouse : Is that Clear « is That Clear ep » Inovative Leisure 2011

SebHache : “Irrésistible deuxième single pour ce musicien de San Francisco qui combine des influences très basiques (Buddy Holy, Little Richard, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins) à des sonorités plus actuelles : Morphine, Make Up, Black Keys. Le résultat est détonnant et ce titre est tout simplement imparable. L’album doit voir le jour l’année prochaine et risque fort de provoquer un revival fifties dont on se serait bien passé. Tu te vois reporter un  Teddy et des Creepers !!!!! ».

08 : Kim Phuc : 23 « Copsucker » Iron Lung Records 2011

Ce disque, je l’ai rêvé de nombreuses nuits ces trois dernières années. Leurs trois précédents singles nous avaient enflammés et les brulures n’étaient toujours pas cicatrisées. Comme ces singles sont désormais épuisé et hors de pris sur le marché de l’occase, on retrouve donc avec grand plaisir trois titres phares de ces 45 tours .De toute manière,  on ne se lassera jamais de ces hymnes que sont devenus « Weird Skies » et « Wormwood Star ». On retrouve dans une version remasterisée le morceau « Prostitute » extrait de leur tout premier single. Le son y était un peu faiblard, il prend désormais une toute nouvelle dimension, tutoyant le meilleur de Big’n et de Shorty. Les inédits ne sont pas en reste, révélant même d’autres facettes du groupe de Pittsburgh. Si l’approche Stooges-Unsane est toujours présente, plusieurs titres font penser aux Hot Snakes. Kim Phuc a réussit à publier un énorme disque de rock’n roll, classique dans la forme et dans le fond mais un classique du genre. Pour une fois, un album que j’attendais au-delà du raisonnable ne m’a pas déçu et je me retrouve comme il y a 20 ans à danser dans mon salon en envoyant tout promener. Quel pied !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

09 : Papier Tigre : home truth « Recreation » African Tape/Murailles Music 2012

Le premier extrait du troisième album de Papier Tigre est tout simplement prodigieux!!!!!!!. La production est impressionnante, la composition affolante, le chant parfait et l’instrumentation hallucinante. Un peu comme si Fugazi passait prendre le thé chez Don Caballero en apportant un dessert réalisé par Arcwelder. Mélodie et furie sont ici partie prenante d’un train lancé à vive allure. On a plus qu’envie d’écouter d’autres extraits de ce nouvel album. La qualité de ce morceau est telle qu’on a un peu peur que les autres titres ne soient pas à la hauteur, un peu à l’image du nouvel album de Cloud Nothings, « Attack On Memory » précédé de l’extraordinaire « No Future No past » et qui s’avère au final un album sympa mais sans plus.  Allez Julien, envoie nous en « Récréation » le plus vite possible

10 : People Pulp : the anti song « st » Autoproduction 2011

Ce trio du New Jersey pratique avec beaucoup d’habileté et de conviction un rock noise instrumental inspiré par les premiers 45t de Don Caballero. Concision et rythmiques syncopées sont au programme de cet enregistrement, très prometteur, en matière de math rock.

11 : Buildings : invocation « Melt Cry Sleep » Cash Cow Recordings 2011

Lorsque l’on a mis l’accent sur ce deuxième album du groupe de Mineapolis via le forum de Netxclues, tout est allé très vite et notre petit landerneau s’est rapidement pris d’affection pour ce disque. Tant mieux car ce « Melt Cry Sleep » confirme tous les espoirs placés en 2008 sur leur premier album « Braille Animal ». On y découvrait alors une formation inspirée par Sicbay, Glazed Baby et surtout Scratch Acid, plus que Jesus Lizard. Le son de guitare, plus post punk que noise les distinguait des autres formations inspirées par le Chicago Sound. Ce nouveau disque est tout simplement brillant, proposant des morceaux plus affutés et personnels qu’auparavant. En l’espace de trois ans, Buildings est devenu une référence du genre, et j’adore trop ce son de guitare, emprunté aux premiers Killing Joke. Cet album va laisser des traces et marquer les esprits !!!Quel mois de décembre !!!!!!!

12 : Musicsova : mission « Bangkok Bangkok » Autoprod 2011

Lester Brome : « Voici le premier ep d’une formation rennaise qui me rappelle pas mal les premiers Girls vs Boys, Radio 4, Wire. Entre l’Angleterre et les US, leur cœur balance et j’apprécie cette hésitation qui confère à leur musique une certaine fragilité des plus séduisantes ».

13 : Lisabö : oroimenik gabeko filma “Animalia Lotsatuen Putzua » Bidehuts 2011

Le mois de décembre est très riche cette année en sorties intéressantes et dire que ce nouvel album de Lisabö était très attendu est un doux euphémisme. Depuis 2005 et  la sortie de « izkiriaturik aurkitu ditudan gurak », le groupe basque occupe une place à part dans cette émission et ce webzine. On avait été bouleversé par une musique qui oscillait entre des guitares dissonantes à la Sonic Youth-Deity Guns et des parties vocales assez proches de Fugazi ou Shotmaker. Le disque suivant « Ezlekuak » était éblouissant, lorgnant sur les plates bandes des défunts Distorted Pony et continue de hanter les sillons fatigués  de nos platines. Ce cinquième album nous a littéralement chavirés. On en disserte dans l’équipe depuis 5 jours. Et pourtant, pas de révolution musicale, les références sont les mêmes mais le propos est plus sombre comme si durant ces cinq dernières années, Lisabö avait perdu une certaine forme de candeur. Le spectre musical est plus dense, le chant  plus désespéré, et les mélodies moins lumineuses .On a affaire à une véritable œuvre au noir, sans concession. On peut s’y perdre ou refuser le voyage dès les premières mesures. Le poing se lève mais il est désormais lourd de sens. Ce n’est pas une posture car si l’on reste dans le registre musical, Lisabö réussit à donner vie à des colères contenues. Chez eux, rien n’explose, tout se fissure. La production du disque est une nouvelle fois luxuriante, donnant tout le relief nécessaire pour enluminer durant 40 minutes ces 6 figures de l’implosion.

14 : Cutthroat Convention : molten arthur « Peeling The Sea » Autoprod 2011

Voici une nouvelle formation anglaise assez inclassable qui évoque tout à tour Zu, The Ex, Alboth, Foetus, Cop Shoot Cop. Cet ovni musical est déroutant et pourtant passionnant. Le chant est habité et il faut bien leur reconnaitre un certain talent dans l’art d’assembler des influences aussi disparates. Le groupe existe depuis 2009 et nous n’avons sans doute pas fini de diffuser des extraits de ce nouveau maxi dans les émissions à venir.

15 : Krallice : BBH « Orphan of Sickness » Autoprod 2011

SebHache : “Krallice est un groupe new yorkais qui fait le lien entre la scène black metal et le hardcore noise à la Rorschach, Inhumanity. Ce nouvel ep est un hommage à leur ami Brendan Majewski, décédé cette année et qui officiait comme bassiste dans le groupe Orphan. Krallice propose donc trois reprises enflammées de ce duo de Brooklyn. Le son est dantesque et les versions fabuleuses. Total Blast… »

16 : Vulture Shit : area dads « Music for people who live in basements, by people who live in basements » Autoprod 2011

Enormissime morceau!!! Vulture Shit est un groupe basé à Brooklyn qui n’hésite pas à piétiner les plates bandes de formations comme Arab On Radar, Godheadsilo, Death From Above 1979. De le basse, de la dissonance, une bonne dose d’absurde et d’arrogance, tel est le cocktail explosif de ce premier maxi à notre connaissance pour un groupe qui risque fort de faire parler de lui en 2012.

17 : Doomsday Student : her hairy graveyard “A Jumper’s Handbook” Anchor Brain 2011

Voici donc le premier album tant attendu pour ces anciens Arab On Radar. En fait Doomsday Student a décidé de rependre le fil d’une histoire mise entre parenthèse il ya 11 ans déjà après la sortie du dernier Arab On Radar : « Yahwey or the Highway ». Il n’y a donc pas de révolution musicale à attendre mais il faut par contre leur reconnaître un talent sans pareil pour faire vaciller ce bon vieux rock’n roll à coups de dissonances électrisantes. Le disque est très très réussi et on écoute avec grand plaisir ces purs moments de délire. Arab On Radar a été un des groupes les plus influents de ces 15 dernières années et s’ils ont été beaucoup copiés, Doomsday Student montre bien qu’ils gardent encore quelques longueurs d’avance en matière de créativité

18 : Ending Satellites :  a beautiful seconde before we lose the signal « The long and Quiet Flight of the Pelican » Autoprod 2011

Lester Brome : « Il y a quelques mois, je vous parlais de ce groupe originaire de Bayonne. Figurez vous qu’ils sont déjà de retour, ces gens ne s’arrêtent jamais, avec un nouvel EP . Lorgnant toujours vers le post rock, ce disque dévoile également d’autre facettes à l’image de ce morceau assez proche d’A Place To Bury Strangers. Et sinon comme d’habitude chez eux, l’artwork est magnifique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>