PLAYLIST://22/07/2010

The Native Cats, But God Created Woman, 6RME, Chrome Dome, Fabulous Diamonds, Factory Floor, Indian Jewelry, The Grids, Tre Orsi, Ussy, Sex Church, Rien, Dark Dark Dark, Nerve City, Herzfeld Orchestra, Blacastan, Paul Hawkins & The Awkward Silences, O Children, Sebastien Tellier

01 The Native Cats : water down « Always On » Ride The Snake 2010

Excellente initiative du label Ride The Snake que de sortir en vinyl le premier album de ce duo australien sorti en CD-R l’année dernière. Difficilement trouvable, ce petit bijou de Front Wave minimaliste à la The Fall, période Beggars Banquet, bénéficie donc désormais d’une sortie digne de ce nom. L’album se découvre à chaque écoute et malgré l’influence évidente du groupe mancunien, The Native Cats propose un regard frais sur une musique froide, simple et mélancolique. On ne résiste pas au plaisir de vous diffuser ce véritable trésor post punk, un titre tout en faux semblant. Fabuleux !!!!!!!!!!!!!!!!!

02 : But God Created Woman : giona « Supergod » Monoton Studio 2010

Très bon mini album pour cette formation italienne qui a définitivement largué les amarres avec des sonorités à la Shellac. Désormais le groupe propose un noise rock vicelard, autant influencé par Magazine que par Arab on Radar. Bien plus convaincant qu’Aucan.

03 : 6RME : effilera « Les Oiseaux ne s’envolent plus » Stuben Music 2010

Premier véritable album pour ce jeune artiste nourri par le Harsch Noise et le hip hop torturé de Wordsound. Le disque est un véritable dédale d’ambiances tortueuses et s’écoute difficilement d’une traite. Il vaut mieux faire quelques pauses dans cet univers dense et étouffant pour mieux y respirer son air vicié.

04 : Chrome Dome : CMA « st » Lexicon Devil

Très bonne découverte que ce groupe australien qui n’est pas sans rappeler les défunts Pain Teens. Comme la formation texane, Chrome Dome apprécie les orages électriques et  les atmosphères convexes. Le ton est singulier et le chant féminin très envoutant. A découvrir de toute urgence.

05 : Fabulous Diamonds : 3 « st » Siltbreeze Records 2010

On reste en Australie avec ce très bon album de dub kraut rock. Les ombres de Moonshake, Laika, On U Sound planent sur cet opus captivant et minimaliste.

06 : Factory Floor : lying « Lying ep » Blast First Petite 2010

Il était plus que temps de rediffuser cet excellent single du  groupe londonien que l’on suit depuis quatre ans déjà. Ce single fait la part belle aux ambiances à la Section 25, Cabaret Voltaire. Manchester et Sheffield réunis en une seule entité. Front Wave hypnotique, dansante et tribale. Ce titre illustre à merveille la quintessence des Factory Floor en matière de rythmique. Un album devrait mettre tout le monde d’accord avant la fin de l’année.

07 : Indian Jewelry : oceans « Totaled » We Are Free 2010

Ce groupe américain aime transformer Suicide en un long cauchemar psychédélique. Comme tout bon trip, il ya des bons et des mauvais moments. Le tout donnant un album bien barge sur les bords.

08 : The Grids : bonnie « White Walls » Inkbot 2010

Quel plaisir de découvrir avec vous le premier mini album de cette formation originaire de Charlotte, qui n’hésitait pas à nous envoyer l’année dernière leur précédent single juste avant le début de cette émission pour vous faire partager leur plaisir de jouer. Les premiers pas de The Grids évoquaient un Dazzling Killmen fiévreux. Désormais, le groupe évolue dans un autre registre musical puisque leur noise rock hyperfuzzé lorgne vers les contrées explorées naguère par David Jones Locker, Dinosaur Junior. Le mix des guitares est étonnant mais Grids n’a rien perdu de sa hargne et de son indiscipline. Un disque tout simplement vénéneux.

09 : Tre Orsi : toward St Ambroise « Devices & Emblemes » Comedy Minus One 2010

Très bon album de rock à la June of 44, Rodan qui devrait ravir les admirateurs du dernier Kimmo. Le son est clair, la production habile et malgré des influences évidentes, le charme opère grâce à une qualité d’écriture diabolique.

10 : Ussy : boreas « Oko » RAIG 2010

Le retour de ce groupe russe très proche des Flying Luttenbachers. S’ils n’ont pas voulu tuer le père avec ce deuxième album, on peut admettre qu’ils se sont éloignés de leur figure tutélaire par l’apport d’ambiances lyriques, psychédéliques et dark métal. Le résultat est un petit peu décevant car Ussy a tendance à s’éparpiller au sein d’un même morceau. Cette effervescence continuelle est à la longue un peu pénible à écouter.

11 : Sex Church : old enough « 6 Songs by Sex Church » Convulsive Records 2010

Ce jeune groupe américain est des plus prometteur et ressemble assez musicalement aux derniers efforts des Australiens Deaf Wish en proposant un swamp rock noise irrigué par du Gun Club en fusion.

12 : Rien : the sun is always right « 3” L’amicale Undergroud 2010

Un nouveau maxi pour ce groupe iconoclaste et unique dans son genre. Rien a le pouvoir sur une même plage de séduire, d’agacer, de troubler, de déranger ou d’éblouir. Leur musique lorgne vers le post rock, le jazz, la noise, le psyché sans prendre le temps de s’arrêter au carrefour. Vous pouvez télécharger librement ce disque détonnant via : http://www.amicale-underground.org

13 : Dark Dark Dark : the hand « Bright Bright Bright » Supply and Demand 2010

Lester Brome a décidé cette fois-ci de nous alerter sur cette formation américaine autant influencée par Tom Waits, Tindertsticks que Silver Mt Zion. Ce nouvel ep annonce un deuxième album qui devrait voir le jour en Octobre et il y a fort à parier que ce groupe fasse beaucoup parler de lui à cette période car leur musique possède tous les atouts pour séduire le public indie, en mal de sensations depuis la déroute Arcade Fire.

14 : Nerve City : sleepwalker « ep » Sacred Bones 2010

Et un nouveau single de plus pour le Sleepwalker qui continue à osciller entre les Modern Lovers, Jeremy Jay et Beat Happening. Le son est comme d’habitude aride à souhait mais son sens de la compo qui fait mouche est toujours aussi redoutable.

15 : Herzfeld Orchestra : here you are « st » Herzfeld Records

Le mensuel Magic a tout à fait raison d’insister sur la très très grande qualité de ce disque choral enregistré par  plus de vingt musiciens, membres de différentes formations (Electric Electric, Drey, Loyola…) de cet excellent label en quatre jours, ni plus, ni moins.  Cet album varié et abordant de nombreux registres pop rock possède une unité sans faille et une qualité mélodique étonnante. Le disque bluffant du moment et un des meilleurs enregistrements pop de l’année.

16 : Blacastan : anything less  « Blac Sabbath » Brick 2010

C’est le premier album de Blacastan et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en impose en matière de hip hop. Terrible relecture du début des années 90 avec une projection sur ce que peut être le hip hop dans les saisons à venir. Les lignes de basse sont énormes et le flow éblouissant.

17 : Paul Hawkins & The Awkward Silences : Alexander Martin “Apologies To The Enlightenment” Jesus Factory 2010

Quel extrait incroyable du chef d’œuvre de Paul Hawkins qui de Pulp,à The Fall embrase dans un maelstrom insolent deux décennies de pop rock anglaise. Chaque écoute de ce double album unique et inique par son talent nous conforte dans notre première impression. A savoir que Paul Hawkins est le songwriter du moment et le secret le mieux gardé à ce jour de la Perfide Albion. Comme tous les grands disques, “Apologies To The Enlightenment”, transcende les genres et modifie les frontières. Enormissimmmmmmmmme !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

18 : O Children : radio waves ‘st » Deadly People Recordings 2010

Ce groupe anglais que l’on suit depuis pas mal de temps a decidé de mettre fin à sa carrière underground pour séduire le plus grand nombre et notamment les fans d’Interpol, The Editor, voire Placebo. La majorité des titres que l’on adorait en version single, démo, est ici passé à la moulinette d’une production pataude et putassière. Dommage car ces compos Front Wave avaient tout pour plaire mais cette volonté de plaire à tout prix conduit O Children sur les des autoroutes de complaisance. On est très loin de la classe de leur amis de The Horrors et comme une mauvaise nouvelle n’est jamais orpheline : au secours, leur producteur a retrouvé les synthés de l’album « Wish » de The Cure.

19 : Sebastien Tellier : kilometer remixé par Aeroplane « Sexuality the Remix » Record Maker 2010

Difficile de ne pas diffuser dans notre “Instant Supercopter” le traitement électro de l’excellent album de Sebastien Tellier paru en 208. Ici, c’est Aeroplane qui se donne à cœur joie de vitrifier à coups d’Italo Disco l’un des meilleurs titres de « Sexuality ». Il est grand temps de sortir champagne, caviar et petites pépées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>