PLAYLIST://26/09/2013

Abject Object, The Purkinje Shift, MTN ISL, Great Falls, Ladder Devils, Talk Normal, Whore Paint, Ventura, Paint Nothing, Kayne West, Arno, Mistress Bomb H, Psykick Lyrikah, Jessica 93, Criminal Code, Bill Bondsmen, Art Melody, Oozing Wound

01 : Abject Object : waste « Romance  » Weeze/Zone Onze 2013

PEF : « Un groupe parisien avec pas mal d’atouts dans son jeu. Si Abject Object aime indéniablement les mélodies, le binaire et les airs sur lesquels tu peux lever le poing en gueulant le refrain avec eux (comme sur Cruel), Abject Object s’inspire de la tendance punk-hardcore historique, version Adolescents et Wipers, insuffle de la tension et de l’angularité, hume le bon air de Washington DC et tous ses groupes emo-hardcore (faut pas oublier que sévit un ex-membre de Sed Non Satiata dans Abject Object mais aussi un ex-Tekken), trouble les compositions ne coulant pas toujours d’une source évidente, quitte à bordurer sur le post-punk, devenant sec et raide ».

02 : The Purkinje Shift : Sportscenter « Executive Contours » Samizdat 2012

PEF : « Dix années de silence après trois années durant lesquelles ils n’avaient déjà pas fait beaucoup parlé d’eux. Et en 2009, suite à un concert de reformation en hommage à un ami décédé, The Purkinje Shift, qui aurait dû aussitôt remiser ses instruments au fond du garage, reprend finalement du service. Des titres longs et rutilants pour un math-rock historique retrouvant une seconde jeunesse. L’album que Don Caballero ne sortira plus jamais. La batterie gagne en souplesse, plus de groove et de rock, les deux guitares sont nerveuses, déchaînées et hautement inspirées comme si elles étaient restées dans leurs étuis depuis trop longtemps et que la lumière du jour les avait illuminées ».

03 : MTN ISL: dinner planet « God Become Animal » Muck Man Record 2013

Lester Brome : « Un groupe d’Atlanta enregistré par Andrew Wiggins de Hawks, ça ne pouvait que nous attirer. Le résultat est excellent pour ces anciens Rapturous Grief et The Sunglasses. Un retour aux 90’s explosif, teinté de math rock et de rugosité, certains vétérans m’ont confié qu’ils pensaient aussi à Sicbay, ah les vieux, c’est quand même quelque chose ! ».

04 : Great Falls : a parade of horribles « Accidents Grotesques » Hell Comes Home 2013

Demian Johnson  doit approcher ou juste dépasser la cinquantaine mais sa haine est intacte et continue de me fasciner. Après Deadguy et Playing Enemy, son nouveau projet avait commencé dans l’expérimentation avant de lorgner vers un noise rock de plus en plus teigneux. Le début de ce nouvel album est d’une violence rare !!! Quatre titres implacables qui regardent dans les yeux les déflagrations de Dazzling Killmen ou de Craw. Le son impressionne et les riffs écorchés se fracassent littéralement sous nos yeux, le tout porté par un chant désespéré. Leur boîte à rythme a été mise au rencart au profit de l’arrivée de Phil Petrocelli qui s’ennuyait ferme avec Jesu et la frénésie de son jeu nous le fait bien sentir. La tension est tout simplement incroyable et c’est très rare de réussir à mettre sur bandes une telle intensité. Le reste du disque propose des morceaux plus longs, influencés par Godflesh ou Neurosis et qu’on retrouvait parfois dans d’autres versions sur des enregistrements précédents. Great Falls vient de réussir à publier un disque rare qui va compter dans les années à venir. Essentiel !!!

05 :  Ladder Devils : scabby  « Split ep w Helms Alee » Brutal Panda 2013

PEF : « J’étais tranquillement installé devant la télévision, bouffant un hamburger bien gras (pléonasme) d’une main tandis que l’autre zappait énergiquement quand j’ai écouté par accident Ladder Devils. Ils viennent de Philadelphie et jouent fort. Leur disque, sorti sur Brutal Panda m’a fait pété un plomb, j’ai pris le téléphone et j’ai appelé directement France Télécom pour les insulter, comme ça, gratos. Parfois, je sais être fort !»..

06 : Talk Normal : Shot This Time « Sunshine » Joyful Noise 2012

PEF : « Un album honteusement brocardé dans cette émission par ce branleur de Don Lurie. J’ai donc décidé d’en remettre une couche car ce duo excelle dans les articulations sur le fil du rasoir et de petits détails/arrangements qui font tout le charme de compositions révélant beaucoup d’éclat derrière l’âpreté apparente. Un des plus bel exemple est Bad Date, avec l’ajout du saxophone de Vanessa Roworth. Un simple coup métronomique sur la claire et la grosse caisse, un accord de basse, l’intervention bruitiste du saxo, un petit gris-gris de la batteuse et le tour est somptueusement joué.».

07 : Whore Paint : Trigger « Swallow My Bones» Load Record 2013

PEF : « Je sais très bien que Lester Brome et Don Lurie détestent ce disque mais ne comptez pas sur moi pour leur faire plaisir. Même si j’ai eu du mal aux premières écoutes, leur mélange de Front Wave enragée et de métal gothique m’a donné envie de mascara et de gomina et rien que pour ça je remercie ce trio féminin ».

08 : Ventura : ananasses  « ananasses ep » Africantape 2013

Lester Brome : « Un tube, des paroles dignes d’un philosophe défoncé au cognac, Ventura nous met une bonne claque et nous rend heureux. Il est urgent d’acheter ce disque si vous voulez épater vos amis lors de vos apéros souvent trop monotones ».

09 : Paint Nothing: you can’t see « Glass Weapons» Autoprod 2013

Lester Brome : « Dans ce groupe, on retrouve avec plaisir John Clare, le chanteur hurleur de Bomb Factory. Un post-punk classique et terriblement efficace avec une pochette qui rend hommage à ce vieux con de Mark E Smith ! ».

10 : Kayne West : mercy featuring Big Sean/Pusha-T/2 Chainz « ep » Autoprod 2013

Jean-Pierre Panik : « Kayne West est parfois étonnant et en ce moment, c’est un peu lui le boss du hip hop. Et quand il ne joue pas au golf avec des dictateurs gentils, il s’amuse avec des tubes, invite les responsables et offre sa version. Vas y danse ! ».

11 : Arno : we want more « Futur Vintage » Naive 2013

Jean-Pierre Panik : « Réalisé par John Parish et tiré de son dernier album en date, ce « We Want More » est une bombe post-punk ! Arno fout une grosse calotte à Nick Cave, en même temps, ce n’était pas trop difficile. Une version live à déguster. ».

12 : Mistress Bomb H : deflation « Bomb de Fer » Autoprod 2013

Un morceau inédit de Mistress Bomb H enregistré avec Jean Feraille. Leur collaboration avait vu le jour sur le premier album de la Mistress avant de se poursuivre sur le dernier opus du Feraille. Un nouveau disque composé à deux devrait voir le jour très prochainement. Ce titre très marquant laisse toujours entrevoir les influences de ces deux  musiciens : électro, hip hop, drum and bass, indus.. Mais désormais le duo a su personnaliser son écriture et sa production. Ne cherchez plus, on a enfin trouvé des dignes successeurs au niveau créatif et non strictement musical à un autre duo hexagonal : Kas Product.

13 : Psykick Lyrikah: mon visage « Jamais Trop Tard » Yotanka/Differ-Ant 2013

Lester Brome : « Un premier extrait du nouvel album du rappeur rennais. Un titre surprenant produit par Tepr. Des paroles sombres mais pleines d’espoir sur un son dansant, on attend la suite avec impatience et cerise sur le gâteau, il viendra dans « Kérozène » nous en parler très prochainement ».

14 : Jessica 93 : bondy bronx « démo » Autoprod 2013

Lester Brome : « On a déjà dit beaucoup de belles choses sur Jessica 93, il vient de nous livrer un superbe concert que vous pouvez regarder ici grâce à l’ami Appolo’s Mouse ».

15 : Criminal Code: sacred hands « Sacred Hands ep »  Inimical 2013

PEF : « Nouveau groupe de Tacoma, dans l’état de Washington, Criminal Code est très actif depuis sa création. Quatre singles dont un split tout récent avec Bix Crux et un album depuis 2011, le crime est prolixe et le rythme difficile à suivre. On se contentera donc de deux singles et de l’album pour les présentations. Le problème de Criminal Code est que le mode opératoire est quasi toujours le même. Mais ce titre se démarque par une mélodie encore plus forte, une urgence au cul et une candeur attachante, le genre d’hymne hardcore tout simple qui reste dans la caboche pendant des jours.

16 : Bill Bondsmen : dead « Dead/Peasant Under Glass » 4TG 2013

PEF : « C’est ce qui s’appelle prendre le train en marche. Bill Bondsmen est un groupe de Detroit existant depuis 2004, une pelleté de singles et deux LPs sous le bras et je n’avais jamais entendu parler d’eux. Le retard se rattrape donc avec cette salve récente de trois 45 tours réalisés par leur propre label Fourteegee Productions ou 4TG pour les intimes. Cinq types pratiquant un punk-hardcore frelaté et vicieux. Ce qui ne semble pas avoir été le cas à leurs débuts, Bill Bondsmen jouant la carte d’un classicisme pas vraiment engageant. Mais des groupes du calibre de Pissed Jeans sont passés par là. Dernier né de la série, ce ep part sur des bases identiques, convie la tradition (Wipers, Black Flag) mais dynamite les conventions avec ces guitares vrillantes, gorgées d’effets, replace le hardcore dans son contexte actuel, rajoute une couche de noise, de garage-rock, de saleté, de vice, d’un sentiment d’urgence et d’animosité qui font les singles punks imparables ».

17 : Art Mélody : wend yamba « Wogdog Blues » Tentacule Record 2013

Lester Brome : « Ce troisième album du rappeur Burkinabé est un coup de maître. Hip hop sombre et minimaliste, « Wogdog Blues » m’a complètement retourné. Vivant dans un petit village sans eau ni électricité jusqu’à l’âge de 11 ans, il rêve d’Europe et tente de rejoindre clandestinement les côtes espagnoles. Arrêté et emprisonné en Algérie, il est renvoyé au Burkina Faso mais il en fallait plus pour ce combattant qui n’a de cesse d’écrire des paroles essentiellement chantées en Mooré et en Dioula dans le but de continuer à parler en priorité aux peuples africains. Produit par Redrum, on retrouve sur l’album un membre de Antipop Consortium, un autre de Fishbone. Bref, je vous la fais courte mais sachez que pour Art Melody, le rap veut dire Révolution Africaine Promise et qu’il est prêt à y laisser sa peau ! ».

18 : Oozing Wound : everyone i hate should be killed « Retrash » Thrill Jockey 2013

PEF : « Du pur métal joussif sur Thrill Jockey.. Et oui ça peut arriver. Dans Oozing Wound, on retrouve l’ancienne section rythmique de Cacaw, un groupe de Chicago que vous aviez défendu tout comme moi. J’adore ce métal avec un gros gros son et qui ne se prend pas au sérieux, du bonheur ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>