PLAYLIST://28/07/2011

Palm, The Funeral and The Twilight, Pink City, Dope Body, Sissters, Paul Hawkins & Thee Akward Silences, Suedehead, Sarabeth Tucek, Trunks, Shearing Pinx, Weird Party, Baxter Dury, Native Cats, Hey Collossus, Kelvin, Houdini Dax, Ending Satellites, Snowman, Gardens, Grass Widow

01 : Palm : the dancer with the tattoos “And the Loudest Thing of all is our own Silence” Autoprod 2011

Nous avions beaucoup apprécié la démo de groupe folk rock basé entre Vannes et Rennes. Ce premier album confirme toutes nos espérances. Ce morceau est tout simplement sublime tant mélodiquement que rythmiquement. Leonard Cohen et Black Heart Procession se prosternent devant une telle aisance mélodique. Le reste du disque se partage entre ballades arides et cauchemars désertiques.

02 : The Funeral and The Twilight : thomas Bracket « Sullen Life/Blighted Death » Autoprod 2011

Il était grand temps de découvrir cette formation de Minneapolis formée en 2008 et auteur d’un premier lp en 2009. Musicalement, le groupe oscille entre la new Wave d’And Also The Trees, Chameleons et le swamp d’un Clockcleaner, Bad Seeds. Le chant est vraiment très prenant et l’écriture mélodique raffinée. Une musique référencée certes mais qui à l’instar des défunts Phantom Limbs réussit à dévoiler une personnalité forte et singulière. La révélation de la semaine.

O3 : Pink City : the operator « pitcher ep » Autoprod 2011

En attendant fébrilement le premier album de ce duo anglo-américain, on vous diffuse un extrait de leur premier ep. Sans doute leur morceau le plus Cop Shoot Cop puisque Pink Ciyt puise habituellement sa rage dans Unsane, Slug et Distorted Pony.

04 : Dope Body : bangers & yes “Nupping “Hoss Records” 2011

Sous ce doux patronyme se cache une formationhttp://sissters.bandcamp.com/ habituée à écouter les Butthole Surfers et Arab on Radar. Les influences sont encore à notre avis un peu trop identifiables mais ce titre et son clin d’œil aux Red Hot s’écoute avec un réel plaisir.

05 : Sissters : camouflage in bottles « There’s a party in my Mouth but you’re not invited » Coraille 2011

Cet album ne cesse de squatter notre platine. Si vous appréciez l’univers syncopé de This Heat, Liars, Ex Models, vous risquez bien de tomber sous le charme de ce groupe allemand. Dissonance, polyrythmie et scansion se livrent une joute sonore sans merci. Le résultat de ce combat sans merci est totalement bluffant. A écouter et commander sur X-Mist au plus vite

06 : Paul Hawkins & Thee Akward Silences : Johnny “The Wrong Life ep”Audio Anti Hero 2011

On ne cesse de le rabâcher mais Paul Hawkins est bel et bien le plus grand songwriter actuel et le secret le mieux gardé de notre époque. Nous avons bien essayé d’attirer l’attention sur son précédent chef d’œuvre : « Apologies to the enlightenment » mais personne en France et ailleurs n’a pris le soin (au niveau presse et webzine) d’écouter attentivement ce digne héritier de Chris Knox, Elvis Costello, Mark E Smith. Ce nouvel ep ne baisse pas la garde révélant une vision bien personnelle de la musique de western. Pour tout dire, il y a depuis deux ans deux catégories de lecteurs de nos playlists : celles et ceux qui connaissent Paul Hawkins et les autres. A ces derniers, on a presque envie de leur dire d’arrêter de nous lire, mais bon il n’est jamais trop tard pour découvrir Paul Hawkins & Thee Akward Silences

07 : Suedehead : can’t stop « In motion ep » Autoprod 2011

Un jeune groupe américain formé par des vieux de la vieille puisque on y retrouve des membres de TSOL. Si leur patronyme évoque l’un des meilleurs titres de Morrissey, leur musique évoque plus la Northern Soul et les Mods. Elvis Costello, les Four Tops et les Redskins se télescopent pour notre plus grand bonheur le temps de ce premier ep. Les compositions sont terriblement entêtantes, la production superbe. La grande classe !!!

08 : Sarabeth Tucek : exit ghost “Get Well Soon” Sonic Cathedral  2011

Ancienne collaboratrice de Smog, Sarabeth en est à son deuxième album qui n’est pas sans évoquer Anna Calvi ou Mazzy Star. Ses ballades vénéneuses trouvent dans la distorsion le moyen d’échapper à la triste banalité du folk neurasthénique.

09 : Trunks :  blue dot « On The Roof » Il Monstro-Le Son du Maquis 2011

Deuxième album pour cette formation rennaise composée de membres du DPU, de We Only Said et de Chien Vert. Si le premier opus dévoilait un groupe aux influences diverses et disparates, ce disque ressert le propos et révèle un univers sonore cohérent et personnel. On ne discerne plus les références de chacun et Trunks fait désormais corps avec sa musique. Celle-ci oscille entre post rock, noise et jazz, dessinant un spectre sonore qui part des Shipping News en passant par Archie Shepp pour arriver dans les méandres de Godspeed et de Gorge Trio.. Les morceaux décrivent un univers familier et lointain, comme un voyage souvent rêvé mais jamais entamé. Le ravissement donne le LA d’écoutes répétées et jamais rassasiées

10 : Shearing Pinx : suffer “Night Danger” Divorce 2011

Back to No Wave avec ce nouvel opus des canadiens. Comme d’habitude chez eux même si ce disque est plus écoutable que ses prédécesseurs, il faut subir des tonnes de larsen inutiles pour dénicher la perle rare, digne des plus beaux écrins de Mars ou de  Live Skull. Et ce titre entre les Cramps et Sonic Youth est à ce jour leur meilleur morceau.  Et quel titre bordel !!!!

11 : Weird Party : Sarah Palin « ep » Autoprod 2011

Le premier single de ce groupe américain a vite fait mouche au sein de notre équipe. Cet hommage déguisé à la sénatrice de l’Alaska est un pur tube d’indie rock comme ont pu en écrire à leur époque Arcwelder, Guided By Voices, Built To Spill, Unwound…. Le refrain s’immisce dans votre quotidien en une seule écoute.

12 : Baxter Dury : trellic « happy Soup » Regal Recordings 2011

Cette fois-çi, c’est Lester Brome qui nous parle du troisième album de Baxter Dury : « Il y a des jours comme ça où rien ne va, alors dans ce genre de situation mieux vaut trouver un compagnon musical pour panser ses plaies. On peut aussi taper violemment dans un mur (ce qui est très con) ou dans un jeune militant politique (ce qui est bien moins con). N’ayant pas trouvé d’adhérent socialiste à me mettre sous le coude, je décide donc d’écouter Baxter Dury. Bon, dans la lignée des fils ou filles de star du rock’n’roll, j’ai eu la main heureuse. Pensez donc, pour un peu, j’aurai pu me retrouver à écouter je ne sais quel rejeton d’Hendrix voire pire, une des filles de Lio… Là, évidemment, pour cette dernière, il n’y avait pas beaucoup de danger, Lio étant au rock’n’roll ce que Franck Ribéry est aux mathématiques appliqués, c’est à dire, rien. Ce nouvel album de Baxter Dury s’appelle « Happy soup« , les mélodies sont entêtantes, les voix profondes et les choeurs aériens. Un disque mélancolique, rempli de tubes pop »

13 : Native Cats : eyes of the gang “Process Praise” Ride The Snake 2011

Un disque touché par la grâce. Un point c’est tout. Ce deuxième album du duo d’Hobart en Tazmanie est tout simplement fabuleux. Le précédent nous avait enchantés mais ce nouvel essai dépasse toutes nos espérances. Entre The Fall, The XX et PIL, Native Cats nous offre une musique minimale, limpide et d’une qualité mélodique incroyable. Chef ’d’œuvre !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

14 : Hey Colossus : the drang “RRR” Riot Season 2011

Ce groupe anglais en est à son huitième album et continue d’exceller dans le registre des musiques lourdes et lancinantes. Cette fois-ci, ils ont décidé de pimenter leur sludge noise à l’aide de déflagrations électroniques diverses et variées. Au bout de plusieurs écoutes, on a le sentiment d’écouter les Melvins produit par Faust. Le résultat est brillant.

15 : Kelvin : ultissima “CD 01”Macina Dischi 2011

Chouette initiative avec la réédition de cet album de 2003 qui révélait un trioitalien inspiré par Arab On Radar, Ex Models et Wire. 15 titres courts, cinglants et furieusement entêtants. Il ya deux trois titres totalement tubesques… J’ai même eu l’impression d’écouter les meilleurs titres de Sloy jamais composés. Etrange.

16 : Ending Satellites : draw the end until you have crashed « No Hope In Codes|No Code In Hopes » Autoprod 2011

Lester Brome : Ending Satellites est le projet d’une photographe, Sèverine Godissart et d’un musicien (également photographe), Damien Dufour. De leur union accouche une musique propice aux rêves et aux voyages. Imaginez vous à bord d’une voiture sans conducteur, fonçant à travers le brouillard les yeux grands ouverts. Le paysage défile, se déforme et vous ne maitrisez plus rien. Il suffit de se laisser embarquer.

17 : Houdini Dax : green date “You Belong To Dax Darling” See Monkey Do Monkey 2011

Seb Hache nous confirme la possibilité d’un revival mods avec le premier album de cette formation anglaise formatée Kinks, Jam.

18 :  Snowman : hyena “Absence” Dot Dash 2011

L’un des rares titres à sauver du dernier album du groupe australien. Dernier disque au propre comme au figuré puisque le groupe n’existe plus. On préfèrera à l’avenir se souvenir de leurs deux premiers albums offrant une Front Wave inspirée et variée. Tout l’inverse de ce poème prétentieux et obséquieux.

19 : Gardens : maze time « st » Alive Records 2011

Ce groupe du Michigan s’inscrit dans la droite lignée des derniers Thee Oh Sees. Relecture pertinente du garage sixties. Ce titre amorce un pas de danse vers les Make Up. Ce n’est pas pour nous déplaire.

20 : Grass Widow : mannequin « ep » HLR 2011

Allez on se réécoute cette excellente reprise de Wire (la chanson fait en plus partie des mes titres préférés de « Pink Flag »). La cover est assez proche de l’original mais je crois que dans notre inconscient,  on a toujours plus ou moins rêver de chœurs féminins pour reprendre à l’unisson ce terrible refrain : lalalalalalala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>