PLAYLIST://17/10/2013

Porch, Autonomy, La Verkin, Cult Of Occult, L’Orange & Stik Figa, Cuss, Palm, Downtown Cuckoo, Traams, Monsieur Grandin, Disasteratti, Brainbombs, Cellos, Ed Askew, The Wolfhounds, Joe4, Two Trick Horse, The Sediment Club, Drug Church

01 : Porch : dark corner « Walking Boss » Autoprod 2013

Un des plus beaux morceaux de l’année entre The For Carnation et Unwound. Etonnante trajectoire que celle de ce groupe de San Francisco. Porch avait débuté sa carrière au début des années 90 avec la sortie d’un premier album en 1994  qui faisait les yeux doux à une noise rythmique portée en son temps par des formations comme Jesuz Lizard, Big’n ou Table. Le groupe formé par Todd Hus (ancien guitariste pour Primus), Christopher Ray (l’un des premiers bassistes de Today Is The Day) et Michael Jacobs (Batterie) allait ensuite attendre 17 ans pour donner une suite à ce premier essai avec l’excellent mini album « Givin Up ». Nous avions en 2011 défendu corps et âmes ce nouveau disque qui les voyait emprunter de nouveaux sentiers sonores. Tout en gardant son identité noise rock, le groupe se rapprochait des effluves swamp rock et de formations comme Bellmer Dolls, Lovelife ou les mythiques Live Skull. Un ep plus tard un peu lancinant semblait indiquer que Porch allait continuer sa mue. L’écoute de ce tout nouvel album qui n’a pas encore trouvé un label à l’heure où vous lirez ces quelques lignes révèle un groupe en plein mutation. L’instrumentation n’a pas changée mais leur musique a par contre véritablement évoluée. Le mid tempo et les faux semblants ont remplacé les montées soniques de leurs précédents enregistrements. Les noms d’Enablers, d’Earth, Rodan, Blunderbuss  me sont parfois venus à l’esprit à l’écoute de ce « Walking Boss » mais c’est surtout le sentiment d’écouter un groupe à part sur la scène musicale actuelle qui a prédominé. Porch sonne comme aucun autre groupe. Il a su trouvé un ton libre et totalement singulier. Ces nouvelles compositions avoisinent les six minutes en moyenne. Et pourtant aucune trace d’ennui ou de lassitude car ce trio sait à chaque fois quand faire évoluer sa musique par une nouvelle harmonie ou un autre gimmick rythmique. Le disque porte en lui un rêve désabusé qui possède un véritable pouvoir d’évocation. Superbe, presque inclassable et tellement attachant !!!

02 : Autonomy : uncanny valley « split ep w Doom Town » Autoprod 2013

Et un nouveau single de plus pour cette formation américaine originaire de Carbondale dans L’Illinois. Porté par un chant féminin rageur, leur Front Wave influencée par Killing Joke n’est pas très éloignée de formations noise rock comme Berline0.33. Ils en sont à leur cinquième ep cette année et lorsqu’ils se détachent de leurs références post-punk, new wave, leurs morceaux prennent une toute autre envergure

03 : La Verkin: trickle down « Judge The Judger » Autoprod 2013

Très très bonne surprise avec le premier disque de cette formation noise rock basée à Salt Lake City. Mené par d’anciens membres des Form Of Rocket, Accidente And Cop et Criminal, le groupe propose une musique abrasive et détonante. Certes, ils n’inventent rien mais leur relecture du noise rock est des plus pertinente. La rythmique est excellente. Les influences sont présentes : Drive Like Jehu, Jesus Lizard, STNNNG mais point dérangeantes. Ces six titres leur offrent une sacrée carte de visite. Une entrée fracassante, vivement la suite…

04 :  Cult Of Occult : in vivo veritas « Hic Est Domus Diaboli » Total Trust 2013

Deuxième album tellurique pour ce groupe lyonnais versé dans le doom, sludge obsédant. Le son est immense. Cathedral, Sabbath, Melvins et Neurosis restent dans l’ombre mais ce qui marque le plus c’est la qualité des gimmick ici, que ce soit au niveau des riffs ou du rythme. Des influences rituelles se greffent sur des tempo étouffants et l’atmosphère devient presque irrespirable. L’ambiance est sombre, suffocante mais ce charme noir opère. Un disque dense !!

05 : L’Orange & Stik Figa : before midnight (Feat Rapsody) « The City Under The City » Mello Music 2013

Premier enregistrement des plus réussis pour le producteur L’Orange accompagné par le MC Stik Figa. Le résultat de cette collaboration est un album de hip hop classique et classieux, gorgé de Soul et de beats efficaces. Les samples sont terribles, l’ombre d’Apollo Brown plane sur ce disque faussement cool.

06 : Cuss : spider spider « Heavenly » Autoprod 2013

Deuxième album pour cette formation de Portland. Leur musique est toujours influencée par le Chicago Sound des années 90 et des sonorités plus récentes à la Hawks, Buildings. Cuss possède un très bon chanteur et de bonnes compositions mais les conditions d’enregistrement de ce disque sont quant à elles à revoir. Le son est trop porté sur les aigus et la batterie manque d’ampleur. On a plus l’impression d’écouter une démo remasterisée à la va vite qu’un album digne de ce nom et c’est d’autant plus regrettable que de nombreux titres flirtent avec l’excellence. Le troisième sera le bon assurément.

07 : Palm : a swordfish leads the way « Home »  Autoprod 2013

Quelques mois après avoir publié un très bon ep de folk rock « El Sereno », le groupe Palm nous revient avec un projet plus intimiste. En effet ce nouvel album est un recueil de titres enregistrés en solo pour le chanteur du groupe, Thomas André. On y côtoie de nouvelles versions des titres présents sur le ep et des trames de morceaux qui avaient servi pour le premier album ainsi que de nouvelles plages. L’ensemble est très cohérent, oscillant entre contemplation désertique et folk neurasthénique. Le son est très bon et sied merveilleusement bien à ces chansons fragiles nées à l’ombre de Will Oldham et de Jason Molina. Un très beau disque intimiste à découvrir dans son intégralité ici.

08 : Downtown Cuckoo : wandering souls « ep » Autoprod 2013

Depuis 2009 et la sortie de leur premier album, nous n’avions plus eu beaucoup de nouvelle du groupe post-punk rennais. Des annonces de concert et la publication d’un titre sur une pauvre page bandcamp non alimentée. C’est peu. Le groupe a pris son temps pour publier quatre nouveaux titres. Le ton n’a pas changé, les influences sont restées les même. Un peu de surf guitare à la Clinic, des mélodies à la Wire, The Fall. On retrouve donc avec plaisir tout ce qui fait le charme du groupe mais on aurait aimé être un peu plus surpris musicalement. Le son est un peu étouffé, l’enregistrement a été compliqué d’ailleurs mais le mix final n’apporte pas assez de fraicheur. Espérons que la sortie de ce single va les faire avancer plus vite dans l’écriture de morceaux et les faire revenir en studio au plus vite pour un nouvel album.

09 : Traams: low « Ladders ep » Fat Cat 2013

Nouvel ep après un premier album pour ce groupe anglais qui oscille entre indie rock et krautrock. Le disque était assez prometteur malgré quelques longueurs mais ce nouveau single moins hypnotique et plus Front Wave fonctionne à merveille. Ce titre fonce dans le mur avec le sourire pour mon plus grand plaisir.

10 : Monsieur Grandin : kieng tiriga (Feat. Art Mélody) « The Electric Horseman & The Dancing Movie » Banzaï Lab 2013

Monsieur Grandin est un artiste hip hop toulousain qui après avoir sorti un premier album en 2011 a décidé de se lancer dans un projet plus fédérateur, un peu à la manière de Massive Attack à Bristol au début des années 90. Il s’est ainsi entouré de nombreux musiciens. Le Patchwork Band propose un accompagnement musical sur lequel vient se greffer d’autres invités dont Art Mélody, Katcross, Hugo Kant, Paamath. Entre Trip Hop et Hip Hop, on découvre une fresque sonore ambitieuse qui n’est pas parfois sans rappeler le meilleur d’un groupe comme Gorillaz. Le titre avec le rappeur burkinabé Art Mélody déchire tout sur son passage avec un final cuivré tout en hargne. Un des grands moments de ce voyage sonore passionnant.

11 : Disasteratti : white trash « Cerebral Hack Artist » Learning Curve 2013

Deuxième diffusion pour le deuxième album de ce groupe de Minneapolis auteur d’un premier album prometteur sorti en 2011 « Transmissionary ». Disasteratti jouait alors un noise rock tendu à tendance math. Cette fois-ci, ils ont délaissé les formules mathématiques pour se tourner vers des riffs très rock’n roll mais toujours délivrés avec une optique noise. Le résultat est très efficace à l’image de ce morceau en tout point fabuleux. On peut songer au répertoire des Royal Trux revisité par Unsane. Le son est dantesque mettant parfaitement en relief leur énergie incandescente. Des guitares slide toutes en digressions redonnent vie à l’art du bottleneck. Imparable !!!

12 : Brainbombs: don’t go near the river « Disposal Of A Dead Body » Skrammel 2013

Enfin des nouvelles de ce mythique groupe suédois qui avait enchanté nos platines au début des années 90. Ils nous reviennent avec un double album comportant des morceaux enregistrés entre 2009 et 2011. Point de grande évolution musicale, les Brainbombs n’ont pas versé dans le Dubstep ou dans dans la Chillwave. On retrouve leur son lo-fi, étouffé et poisseux pour mon plus grand bonheur. Ils continuent d’osciller entre noise et swamp rock. Birthday Party, Stooges et Drunks With Guns continuent d’influencer une musique blafarde et cafardeuse. Sur ce double LP, tous les morceaux ne sont pas essentiels mais une grande partie de ces nouvelles compositions sont à la hauteur de leurs enregistrements passés. Un retour en force pour une formation culte qui va continuer de susciter des vocations dans l’arrière cour de garages enfumés.

13 : Cellos : white swans  « Standart & Poor ep » Doormat 2013

Nouveau single pour ce groupe canadien qui nous avait enchanté avec un premier mini lp de haute volée « Bomb Shelter » en 2011 avant de nous laisser un peu sur la fin avec le premier album « The Accident » l’année dernière. En fait les Cellos avaient entamé leur carrière sous les auspices d’un noise rock assez proche de Drive Like Jehu, Hot Snakes, Sicbay avant de faire évoluer leur musique vers des contrées plus heavy et sludge. Ce nouveau single continue de révéler un groupe en pleine évolution, le côté rock’n roll s’est estompé au profit d’une noise rock puissante et abrasive. Personnellement, je préfère quand ils laissent leur côté stoner au vestiaire pour délivrer des titres tendus à la manière d’un Playing Enemy, à l’image du morceau de ce soir.

14 : Ed Askew: so « For The World » Tin Angel 2013

Après vous avoir diffusé son excellent album « Orange » uniquement disponible en format digital sur sa page bandcamp, voici un autre disque sorti cette année mais qui bénéficie d’une sortie vinyle pour ce compositeur vivant à Brooklyn. Accompagnés de plusieurs musiciens dont Tyler Evans, Marc Ribot, Sharon Van Etten, Ed Askew laisse libre cours à son inspiration. A chaque passage au piano, l’émotion est intense et les frissons garantis. Sa musique fragile et mélancolique est totalement désarmante. On y croise Nick Drake, Daniel Johnston, Erik Satie, Robert Wyatt mais c’est surtout Ed Askew que l’on écoute encore et encore et cette histoire commencée dans les années 60 n’est pas encore arrivée à son point final. Heureusement d’ailleurs. Indispensable !!!

15 : The Wolfhounds : divide & fall « Divide & Fall ep » Oddbox 2013

Deuxième single pour ces rescapés de la scène C86 qui n’avaient plus donné signe de vie depuis 1990. Il faut dire que leur leader, David Callahan, avait été pas mal occupé par la suite avec la création de Moonshake. Reformés en 2005 pour la célébration des 20 ans de leur premier maxi « Cut The Cake », Callahan et Andrew Golding, seuls membres d’origine se sont pris au jeu et ont décidé début 2010 de renouer avec l’écriture. Ils ont d’abord publié un single en 2012 qui comportait trois vieilles compositions qui n’avaient pas encore été enregistrées avant de publier sur l’excellent label « Oddbox » un nouvel ep « Cheer Up », défendu sur ces ondes et véritable tube indie intemporel. Les Wolfhounds ont toujours oscillé entre simplicité et pop et guitares abrasives. Ce tout nouveau deux titres les voit durcir le ton musicalement, les rapprochant de la tension de leurs deux derniers albums « Blown Away » et « Attitude ». The Wolfhounds ont su se renouveler pour proposer une musique toujours aussi pertinente en 2013. Rien ne sonne daté et alors que leurs partenaires des Wedding Present semblent dépassés par les évènements, ce « Divide & Fall » tout en candeur dissonante ne fait que renforcer mon admiration pour cette formation encore trop méconnue à ce jour.

16 : Joe 4 : S.A.L.E « Split ep w Aperiodic/Mala In Se/ Knife The Symphony » Phratry Records 2013

Deux nouveaux titres pour le groupe Croate en fort belle compagnie le temps de ce magnifique double 45T. On y retrouve toute la puissance des Joe 4 et leur noise rock influencé par le Chicago Sound des années 90. Ce titre avec son chant apaisé lorgne plus vers les Shipping News que vers Big’n. La rythmique est fluide et le son terrible. Le second morceau est plus direct et frontal mais une fois encore, le riff de guitare est très bon.

17 : Two Trick Horse : default badass « Default Badass ep » Autoprod 2013

C’est au mois de Mai qu’on avait découvert ce trio anglais originaire de Leeds avec un titre percutant posté sur sa page bandcamp. Le groupe passe à la vitesse supérieure avec un nouveau single qui les voit presque terrasser leurs influences : Mc Lusky, Jesus Lizard, Drive Like Jehu. Ces deux nouveaux morceaux sont tout simplement terribles et l’exécution technique n’est pas sans me rappeler la fougue des trois premiers albums de Today Is The Day… Imparable

18 : The Sediment Club : desirable intrigue « Split ep w Guerilla Toss » Sophomore Lounge 2013

Quel plaisir de retrouver cette formation de Brooklyn dont le premier nous avait assez enthousiasmé. Leur musique continue d’osciller avec bonheur entre le post punk arty de This Heat, Wire et l’indie décalé de K Records. Ce split lp les voit lorgner vers les terres néo-zélandaises et des formations comme les Tall Dwarfs, Gordons. La dissonance est maître mais les mélodies bancales et accrocheuses sont toujours au rendez-vous. Un groupe trop méconnu qui mérite désormais toute votre attention.

19 : Drug Church : party at dead man’s « ep » Secret Voice 2013

Excellent nouveau single punk noise de la part de ce groupe américain d’Albany. Le groupe tutoie dans les yeux des formations comme Leatherface ou Planes Mistaken For Stars. Ce chant grave et suave est tout simplement irrésistible même lorsqu’il tousse. Ce titre et son motif de guitare à la Polvo sur le refrain est tout simplement épatant et vous donne envie de vous dégourdir les jambes sur le champ.

Un commentaire pour “PLAYLIST://17/10/2013
  1. gaetan dit :

    Merci pour la découverte de L’Orange & Stik Figa, vraiment très bon !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>